home
forum
features
reviews
interviews
events
best-of
links
gallery
whoweare

 

Ballet de l’Opéra de Paris

Soirée Jeunes Danseurs

by Catherine Schemm

21 mai 2003 -- Palais Garnier / Paris

 

Une étoile est née

Cette année, le spectacle était axé sur les véritables jeunes danseurs de la troupe à savoir aucun n'était plus gradé que coryphée et peu avait déjà eu l'occasion de se produire dans des rôles de solistes. On a donc pu découvrir tout à loisir cette génération montante.

Le programme était divisé en deux parties, la première consacrée au répertoire classique traditionnel, la seconde composée de deux créations des danseurs étoiles et chorégraphes maison à savoir Jean-Guillaume Bart et José Martinez et le classique des néoclassiques George Balanchine. A noter que tous ces jeunes danseurs semblaient particulièrement stressés par l'enjeu et peu éclatèrent vraiment lors de la première soirée. L'ambiance de la salle ressemblait un peu à celle d'un jour de concours, balletomanes, famille qui viennent encourager la nouvelle génération.

La première partie fut plutôt décevante, la soirée commença par La Sieste extraite de « Suite en blanc » de Serge Lifar mais le style de ce chorégraphe semble totalement absent, et Alice Renavand, Gwenaelle Vauthier et Maud Rivière manquaient singulièrement d'ensemble. Il est vrai que cela fait plusieurs années qu’aucune œuvre de ce chorégraphe n’est au répertoire de l’Opéra. Emilie Hasboun eut la chance de remplacer Alice Renavand lors des autres spectacles et apporta une présence lumineuse au ballet.

Ensuite dans un des must de Bournonville, « la fête des fleurs à Genzano », Tous deux forment un couple ravissant et très musical. Daphné Gestin est absolument ravissante et a tout compris du style, finesse, légèreté, esprit par contre Adrien Bodet manque un peu de légèreté même s'il a aussi la précision nécessaire à ce chorégraphe et est un partenaire souriant et attentif.

« Esmeralda » nous permit de retrouver Sabrina Mallem, belle et grande danseuse aux côtés de Julien Meyzindi. Elle nous a gratifié d'une belle variation au tambourin qui met en valeur ses longues jambes mais a été desservie par l'orchestre, lui fut impeccable, partenaire attentif et virtuose accompli.

Le pas de trois du « Lac des cygnes » fut exécuté sans aucun panache malheureusement. Leila Dilhac fut ravissante , mais Gregory Gaillard peina dans le manège de coupés jetés qui est il est vrai une des plus grandes difficultés techniques, quant à Julie Martel, elle fit une variation propre, mais sans réel éclat. Mathilde Froustey l’un des grands espoirs maison remplaça Leila Dilhac lors de la matinée, si la danse est techniquement parfaite, elle manque encore de présence.

Le vrai bonheur de cette première partie fut le pas de deux de « Cendrillo »n interprété par Eve Grinsztajn et Sébastien Bertaud, leur couple est magnifique, harmonieux, elle est lyrique, il est élégant, bref un grand moment de Danse avec un grand D.

La première partie s'acheva sur le redoutable Adage à la rose de la « belle au bois dormant » interprété par Aurore Cordellier, extrêmement souriante, cependant l'interprétation du personnage doit être travaillée, mais techniquement elle se joue facilement des difficultés et tient sans réels problèmes, les fameux équilibres si redoutables même pour des étoiles confirmées.

La deuxième partie fut nettement plus intéressante.

D'abord Jean-Guillaume Bart présenta sa nouvelle création mondiale, « Javotte » sur une musique de Saint Saens. Ce ballet est une chorégraphie charmante qui évoque à la fois Bournonville et Balanchine. Le pas de deux est réglé de manière classique adage, variations et coda. La variation masculine "à l'espagnole" semble plus réglée pour le style et l'élégance de Jean-Guillaume que pour Josuah Hoffalt qui bien que très bon est encore très scolaire, mais cela est normal vu qu'il n'a qu'un an de corps de ballet. A ses côtés Laura Hecquet est vraiment une danseuse à suivre, finesse, esprit, technique sont déjà là.

José Martinez avait réglé sa première chorégraphie « Mi Favorita » l’an passé pour son groupe de solistes, à Vevey, en Suisse. Ce ballet comique qui se veut un pastiche de nombreuses œuvres du répertoire, avait conquis les spectateurs de Roissy et Brigitte Lefèvre elle-même qui eut la bonne idée de le faire rentrer au répertoire de l’Opéra de Paris.

Pour la vaste scène de Garnier, le chorégraphe a modifié de nombreux détails dans son oeuvre qu'il a réglée pour cinq couples maintenant, mais les clins d’œil à Forsythe, Robbins, Balanchine, Kylian, etc. sont toujours présents. Ill a aussi ajouté deux variations, une pour Miho Fujii très lyrique, l'autre pour Mathilde Froustey qui n’est autre que le Grand pas classique d’Auber dans le désordre. Severine Westermann, Pauline Verdusen piquante et pleine de peps, et Charline Giezendanner se jouent des difficultés des différentes variations, tout comme Simone Valastro, Florian Magnenet, Martin Chaix, Cyril Mitilian et Aurélien Houette qui a vraiment la vis comique. Quelques nouveaux gags ont été ajoutés pour l'occasion comme l'évocation du pas de quatre ou de la petite danseuse, Les interprètes dansèrent avec conviction cette oeuvre joyeuse et pleine d'humour mais aussi techniquement très dure.

Le clou de la soirée fut le « Tchaïkovsky pas de deux », Dorothée Gilbert et Audric Bezard en furent les brillants interprètes, mais une mention plus que particulière pour Dorothée. Cette jeune coryphée de 20 ans a tout compris du style Balanchine, danse avec tout son corps, notamment de somptueux mouvements de bustes Son travail de pointes est d’une rare précision, notamment lors de ses fameux piqués littéralement sauté, elle a un sens inouï du « bouger » et alterne vélocité avec superbes ralentis. Une future étoile est née. Audric Bezard est un partenaire attentif et enlève fort bien ses parties solistes.

Une soirée qui commença donc lentement pour terminer en feu d'artifice la confirmation de tout le bien que l'on pense de Sébastien Bertaud grand oublié du dernier concours de promotion, et d'Eve Grinzstajn et l'évidence de Dorothée Gilbert.

 

Please join the discussion in our forum.

Archives
2003
2002
2001
2000
1999


You too can write a review. See Stuart Sweeney's helpful guide.

For information on how to get reviews e-published on Critical Dance see our guidelines.
Comment publier des textes sur la page des critiques de Critical Dance cliquez ici.

Submit press releases to press@criticaldance.com.

For information, corrections and questions, please contact admin@criticaldance.com.