home
forum
magazine
features
reviews
interviews
events
links
gallery
whoweare
search

l'Opéra National de Paris/Paris Opera Ballet

George Balanchine - 'Symphonie en Ut', 'Le Fils Prodigue', 'Les Quatre Tempéraments'

Par Patrice Delay

12 octobre 2003, Palais Garnier/Paris


Brigitte Lefèvre a été bien inspirée en composant le programme de ce spectacle George Balanchine qui a ouvert la nouvelle saison du Ballet National de l'Opéra de Paris. Un programme bien équilibré qui débutait par "Symphonie en Ut" dans une nouvelle production réglée par Patricia Neary. Cette version créée en 1948 par la Ballet Society met merveilleusement en valeur les qualités des danseurs de l'Opéra. Le 1er mouvement permet d'admirer l'une des dernières étoiles promues, Laetitia Pujol, qui est une forte technicienne faisant preuve d'une joie de danser évidente. A ses côtés Hervé Moreau, un premier danseur qui sera certainement étoile lui aussi un jour, se fait remarquer par la clarté et la sobriété de sa danse . Dans le deuxième mouvement Yann Saïz est l'attentif partenaire de la majestueuse Delphine Moussin et dans le quatrième on remarque le charisme d'Alessio Carbone. Mais tout au long de cette Symphonie en Ut c'est la précision du corps de ballet qui nous permet d'apprécier la formidable intelligence de la construction chorégraphique ainsi que l'exceptionnelle musicalité de George Balanchine.

Des dix ballets que Balanchine a créé pour Diaghilev, seuls deux ont survécus. L'un est "Apollon". L'autre est "Le Fils Prodigue" qui était présenté en deuxième partie de ce spectacle. Datant de 1928 sur une musique originale de Serguei Prokofiev et des décors et costumes de Georges Rouault son premier interprète en a été Serge Lifar. Une reprise en 1960 a permis à Edward Villela d'en faire un des rôles les plus marquants de sa carrière avant que Mikhail Baryshnikov ne l'inscrive à son répertoire en 1978 lorsqu'il était membre du New York City Ballet. Après ces illustres prédécesseurs c'est Benjamin Pech qui en était l'interprète le 12 octobre dernier. Il a conquis le public en présentant une interprétation sensible, intelligente et bien dansée. Voilà une personnalité artistique attachante dont on a envie de suivre le parcours. A ses côtés Karin Averty était une courtisane séduisante mais pas suffisamment froide et calculatrice.

Toutefois c'est toujours un plaisir que d'admirer cette danseuse sur la scène du Palais Garnier. Déception en revanche avec les Quatre Tempéraments. Présenté sans suffisamment d'attaque et de précision le chef d’œuvre se révèle presque ennuyeux. Rien de précis à signaler, si ce n'est que la plupart de ses interprètes avaient surtout l'air d'avoir envie de rentrer chez eux le plus vite possible...

 

Edited by Catherine Schemm

Please join the discussion in our forum.

Archives
2003
2002
2001
2000
1999


You too can write a review. See Stuart Sweeney's helpful guide.

For information on how to get reviews e-published on Critical Dance see our guidelines.
Comment publier des textes sur la page des critiques de Critical Dance cliquez ici.

Submit press releases to press@criticaldance.com.

For information, corrections and questions, please contact admin@criticaldance.com.