public forum
home forum magazine gallery links about faq courtesy
It is currently Thu Aug 28, 2014 11:33 pm

All times are UTC - 7 hours [ DST ]




Post new topic Reply to topic  [ 1 post ] 
Author Message
 Post subject: Soirée Preljocaj/Gat/Duato 29 avril-17 mai 2009
PostPosted: Fri May 08, 2009 2:49 am 
Offline

Joined: Mon Apr 17, 2006 2:20 am
Posts: 109
petit commentaire avec retard...

Hark! :
Joli ballet agréable à regarder une fois, divertissant, mais que l'on n'a pas envie de qualifier d'oeuvre maîtresse.
Certains passages sont très agréables, les danseuses sont rapides, précises, se croisent et s'entre-croisent en justaucorps en collants noir. De belles attitudes, des compositions originales et des tableaux vraiment plaisants
Bizarrement j'ai trouvé que les des rôles les plus ingrats avaient échoué aux solistes, le corps de ballet et les demi-solistes en font plus ! (du moins plus intéressant)
J'ai beaucoup aimé Mlle Hecquet, aux lignes de jambes à la magnifique insolence, et qui a ce petit quelque chose en plus qui attire le regard. Le contemporain lui sied.
Félicitations aussi à Mlle Barbeau qui malgré son jeune âge (il me semble qu'elle vient d'avoir 18 ans) et le fait qu'elle soit dans le ballet depuis quelques mois seulement, se fond très bien dans l’ensemble et se débrouille même pas mal du tout!
Bref un bon moment de passé mais pas de grand coup de cœur pour la pièce.


White Darkness :
Une pure merveille.
Un pas par temps, une mise en scène originale et sympathique, des danseurs éblouissants, un rythme très soutenu et des moments intenses.
Tous les ingrédients nécessaires à un fantastique ballet...
J'ai beaucoup aimé la fin.
MAG fut superbe, l'émotion passe. J'ai beaucoup aimé Stéphane Bullion aussi.
A mon avis, la robe ne seyait cependant pas à MAG : les bretelles croisées dans le dos élargissent encore les épaules et Mlle Gillot qui est déjà grande n'est pas avantagée ainsi. Mais elle se donne tellement, vit tellement le rôle, qu'épaules larges ou non elle reste la femme vulnérable et vulnérabilisée.
On a l'estomac noué à la fin quand elle se retrouve seule sous cette pluie de poudre blanche, rattrapée par l'addiction.
cette pièce est trop riche, il faudrait la revoir encore et encore, avec les commentaires du chorégraphe à la clé!
je n'ai pas compris le passage où M.Bullion lance de la poudre blanche aux autres danseurs. Est-ce le début d'une toxicomanie pour eux? leur vitalité est-elle en passe d'être menacée par la drogue? L'impressionnante vélocité des 4 couples est-elle en passe de se désagréger sous l'effet de ce poison ?
Les spots de lumière rendent très bien et MAG et Bullion nous font vraiment vivre la mise en scène.
Quant aux 4 autres couples, ils sont époustouflants de rapidité, de virtuosité, d'énergie, on adore!
mention spéciale à la pétillante Charline Giezendanner, mais que mange-t-elle la veille des spectacles? elle court, vole et virevolte avec une apparente facilité déconcertante, ça vit ça vibre et ça fait plaisir à voir! Elle semble communiquer de l'énergie à son partenaire aussi et le couple était très réussi.
les trois autres couples m'ont cependant aussi beaucoup plu.
Mlle Renavand attire aussi par quelque chose d'indéfinissable, je ne crois pas que ce soit seulement lié à ses traits un peu atypiques et ce joli visage qui attire la lumière.
Bref, un chef d'oeuvre, un moment d'émotion et de vitalité, et on garde l'image de la fin dans la tête.
A voir et à revoir, risque de dépendance mais non dangereuse!

MC 14/22
J'avais des à-priori sur Preljocaj, mais je pars toujours du principe qu'il ne faut pas se contenter d'une pièce pour faire son opinion sur un chorégraphe. (je suis de toute façons principalement venue pour Nacho Duato... et parce que les danseurs de l’opéra sont à mes yeux les meilleurs au monde)
Mais après deux pièces, je pense pouvoir dire que je déteste franchement, à moins que l'on me dise que ce Monsieur a en fait aussi créé des pièces regardables.
J'avais envie de crier pendant le spectacle "arrêtez, pitié, on s'emmerde" (pardonnez-moi cette vulgarité volontairement provoquante) Plusieurs personnes sont parties et d’autres n’ont pas applaudi.
Je n’ai rien contemporain, mais encore faut-il qu’il soit bon.
Voir un danseur se faire scotcher sur scène ne m’importe que très peu, il semble assez évident qu’avec les membres scotchés on aura du mal à danser. Je n’ai pas besoin de venir à Garnier pour apprendre cela… De nombreuses personnes ont ri lors de cette scène, personnellement je n’ai pas vu le côté drôle, il faudra m’expliquer (pour moi cela relevait surtout de la tragédie de voir une nullité pareille à Garnier)
Personnellement je viens à l’opéra pour voir du beau, (pas du supra laid), du détendant (et non du crispant), pour me reposer l’esprit car l’esprit est apaisé par la beauté et l’harmonie. Et accessoirement je viens pour voir de la danse aussi, pas une suite de mouvements plus ou moins issus du quotidien ou qui relèvement carrément du scabreux. Qui plus est, j’ai envie de voir le travail des artistes, et je parle du rude travail quotidien qu’ils fournissent depuis des années afin d’acquérir la technique qu’ils ont, pas du travail de mémorisation d’une suite de mouvements sur des thèmes qui se veulent politico-culturellement-« intellectuellement »-à la mode.
Alors voilà, Monsieur Preljocaj, la prochaine fois évitez de vous foutre de vos spectateurs, montrez nous de l’art qui élève les âmes, pas du grand n’importe quoi teinté d’intellectualisme de bas étage.
Et puis ayez au moins le respect de ne pas mêler le sacré au trivial.

Bon après ces critiques quelque peu acerbes, parlons quand même des danseurs.
Les sauts de la table sont spectaculaires. Bravo aux danseurs que l’on a transformé en artistes de cirque.
Bravo aussi au chanteur à la voix de fausset qui se fait bousculer-étrangler-ligoter pendant qu’il chante. (ceci étant dit si le chant dans une pièce de danse eut pu être un élément intéressant ce ne l’est pas ici, le leitmotiv nous fatigue rapidement et la scène répétée un certain nombre de fois lasse vite)
Certains éclairages de pauses étaient très réussis aussi (seulement les pauses n’étaient pas regardables par des enfants et n’avaient rien d’intéressant pour des adultes)
Et encore bravo aussi au « scotcheur », quelle efficacité, je l’emploie volontiers le jour où je déménage, il gère la crise du scotch !
Le petit coup de cœur : Mathieu Botto, à la démarche pleine d’assurance et qui s’est réellement épanoui sur scène depuis sa sortie de l’école il n’y a pas si longtemps que cela.


Top
 Profile  
 
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 1 post ] 

All times are UTC - 7 hours [ DST ]


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 3 guests


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
The messages in this forum are posted by members of the general public and do not reflect the opinions or beliefs of CriticalDance or its staff.
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group