CriticalDance Forum
http://www.ballet-dance.com/forum/

ONP - Soirée Mats Ek - 26/04/08 au 11/05/08
http://www.ballet-dance.com/forum/viewtopic.php?f=18&t=31583
Page 1 of 1

Author:  @urelie [ Fri Apr 25, 2008 2:29 pm ]
Post subject:  ONP - Soirée Mats Ek - 26/04/08 au 11/05/08

La Maison de Bernarda
ENTRÉE AU RÉPERTOIRE
Ballet en un acte
D’après la pièce de Frederico Garcia Lorca

Musique Johann Sebastian Bach et musiques traditionnelles espagnoles
Chorégraphie Mats Ek
Décors et costumes Marie-Louise Ekman
Lumières Jörgen Jansson

Une sorte de…ENTRÉE AU RÉPERTOIRE
Musique Henryk Gorecki
Chorégraphie Mats Ek
Décors et costumes Maria Geber
Lumières Ellen Ruge

Lien vers les distributions

Author:  KANTER [ Sat Apr 26, 2008 5:03 am ]
Post subject:  Commerce

L'auteur de ses lignes a vu 45 minutes de "Bernarda Alba" hier soir.

Morceau que l'on ne se donnera pas la peine de qualifier de "oeuvre", il s'agit d'épisodes à but strictement commercial et sans aucune conviction intérieure ni raison d'être.

Recette commerciale de Mats Ek:

espagnolades d'une trivialité absolue,

misogynie,

pornographie,

bande-son à casser toute oreille,

chorégraphique scolaire se résumant à grand plié à la seconde, sissonne, chassé temps levé, répété à l'infini avec moults levers de jambe pour bien montrer la culotte,

cliché théâtral,

et surtout, blasphème.

Chrétien ou pas, je suis sortie en claquant la porte au moment où M. Legris arrache sa chemise, enlève la figure du Christ enfant de son crucifix, jette ladite effigie par terre et commence à .....

Quand un peuple, une nation, un individu, souffre d'un problème, on ne les enfonce pas dedans. Ce n'est pas un chien dont l'on met le nez dans son propre vomi !

Un artiste, s'il est artiste, cherche à les SORTIR dudit problème.

Est-ce que Dante dans sa 'Comédie' était dans la complaisance, où est-ce qu'il a montré une issue?

Quant à l'Espagne, elle n'est plus dans l'état où la décrit cette chose ridicule.

Ainsi M. Ek, c'est quoi cette histoire de se vautrer dedans, d'étaler tout ça, en faisant participer chaque soir 2 300 personnes à des machins totalement dégradés dont on a déjà soupé, merci?

Author:  CarolinaM [ Sat Apr 26, 2008 9:03 am ]
Post subject:  Re: Commerce

KANTER wrote:
Quant à l'Espagne, elle n'est plus dans l'état où la décrit cette chose ridicule.

Vous avez raison, hereusement non, mais elle l’était, bien sur qu’elle l’était, à l’époque où se situe l'oeuvre de Federico García Lorca.

Je n’ai vu que des morceaux de la piece de Mats Ek, en cassette très mal enregistrée, mais par ce que j’ai vu, je crois qu’il fait justice à l’ouvre originale.

Et ce que j’ai vu j'ai aimée.

Author:  Elzav [ Sun Apr 27, 2008 1:42 am ]
Post subject: 

J'ai assisté hier soir à la première d'une soirée qui fera date à l'Opéra !
Après l'insipide soirée programmée à Bastille, sans queue ni tête, sans style (hors Artifact), ce est une VRAIE entrée au répertoire. Celle d'une pièce d'exception qui mérite d'entrer dans ce Panthéon. La distribution est cohérente et les solistes donnent le meilleur d'eux-mêmes. Il conviendrait de les citer toutes... mais comment ne pas en extraire la révélation : Charlotte Ranson parfaite de rébellion contenue, de sensualité innocente, de désespoir tragique. Comment ne pas voir La Gillot avec ce rôle sur mesure, à la hauteur d'une danse exceptionnelle, ou encore la bien mal résignée Pujol, toute en nuances, débordante de ses frustrations qui, longtemps contenues, finissent par éclater.
Mais quel choc que cette Bernarda-Manuel Legris. Tout a été dit sur ce danseur et pourtant je ne suis pas convaincu, dussé-je blesser sa modestie, je ne suis pas convaincu donc que l'on se rende compte qu'il constitue un phénomène unique dans l'histoire mondiale de la danse. A-t-on jamais vu un danseur arriver au terme de sa carrière dans une telle intégrité physique, une telle qualité technique ? Spectateur attentif depuis plus de 40 ans, je n'ai jamais vu cela.
Alors il aborde cette Bernarda avec toute la maturité artistique que d'autres pourront sans doute proposer également, mais la fulgurance de ses jambes, ici gainées de noir, apporte une force, une énergie hallucinantes. Totalement investi par Mats Ek, Manuel Legris joue ce soir une partition exceptionnelle. Le chorégraphe a écrit un chef-d'oeuvre, il a trouvé pour le jouer un authentique Stradivarius. Merci Monsieur Legris.

Author:  vindex [ Tue Apr 29, 2008 1:10 am ]
Post subject:  critique sur lesculturelles.net

Première partie:

http://www.lesculturelles.net/danse.md/ ... e-bernarda

Et deuxième partie:

http://www.lesculturelles.net/danse.md/ ... -sorte-de-

Author:  @urelie [ Fri May 02, 2008 3:04 pm ]
Post subject: 

La critique de Libé:

Mats Ek secoue Garnier

Quote:
le chorégraphe Mats Ek s’amuse à mêler les genres, musicaux et sexuels, à l’Opéra Garnier. Les pièces au programme, la Maison de Bernarda (1978) et Une sorte de… (1997), font leur entrée au répertoire.

Author:  dusuau [ Fri May 09, 2008 5:34 pm ]
Post subject: 

Ouai...
J'ai bien aimé "La Maison de bernarda" La théâtralité est très appréciable, entendre des rires pendant ce genre de spectacle est plaisant. Les idée sont vraiment intéressantes. Dommage qu'il y ai pas plus de musique pour la scène du "LIT" je trouve , même si entendre la respiration des solistes est pas mal.

et
"Une sorte de ... échEK et MATS " , j'ai honnêtement fait un effort , pourtant je ne suis pas très difficile et plutôt bon public , mais là .. C'est plus le genre de truc que je voyait au TH de la Ville ... même chorégraphiquement , j'ai trouvé ça assez vide. les "petits trucages" (ballon explosé représentant certaines parties du corps) assez facile , bref je me suis royalement ennuyé.
petit point positif: la scène avancée sur l'orchestre : on les voit de près!

c'est la première fois que je n'applaudissait pas pour un ballet.

Author:  @urelie [ Sat May 17, 2008 1:51 am ]
Post subject: 

La critique de Palapatine:


Lien

Quote:
C'est adapté d'une pièce de théâtre, apprend-on a posteriori (mais pour vous, ce sera a priori, donc), de Federico García Lorca, d'une famille enterrée par la religion de la mère, veuve écrasant sous le deuil du père. Et d'ailleurs, ça crie, en groupe souvent, ça s'égosille, ça fait ressortir la pression sous forme de violence, verbale mais aussi physique. La bande-son est un mélange tout aussi étrange de Bach (à l'orgue) et de musiques traditionnels de guitares espagnoles. Côté danse, c'est assez indescriptible dans l'absolu, sinon, et ça dure presqu'une heure.

Page 1 of 1 All times are UTC - 7 hours [ DST ]
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/