public forum
home forum magazine gallery links about faq courtesy
It is currently Fri Nov 28, 2014 2:46 pm

All times are UTC - 7 hours [ DST ]




Post new topic Reply to topic  [ 14 posts ] 
Author Message
 Post subject: Démonstrations école de danse!
PostPosted: Sun Dec 02, 2007 12:08 pm 
Offline

Joined: Mon Apr 17, 2006 2:20 am
Posts: 109
Nous attendons avec impatience les commentaires qui chanceux qui sont allés voir les démo!


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Sun Dec 02, 2007 12:16 pm 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
Si je comprends bien, les enfants qui ont dansé Casse-Noisette cet après-midi ont effectué leurs Démonstrations ce matin?! Chapeau bas 8) !

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Wed Dec 05, 2007 5:22 am 
Offline

Joined: Tue Jun 01, 2004 11:01 pm
Posts: 64
Location: Paris
@urelie wrote:
Si je comprends bien, les enfants qui ont dansé Casse-Noisette cet après-midi ont effectué leurs Démonstrations ce matin?! Chapeau bas 8) !

Oui, c'était comme ça! On a suivi en voiture le bus sous la pluie, dans les embouteillages parisiens, où ma fille avec d'autres enfants avançait en mangeant sa collation, du Garnier vers la Bastille...


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject:
PostPosted: Wed Dec 05, 2007 8:56 am 
Offline

Joined: Fri Oct 13, 2006 1:56 am
Posts: 15
Du tout bon cette année, même si l'aspect convenu et gabarité nous laisse sur notre faim. C'est tout le monde il est beau, tout le monde il est beau.
pas deprises de risques, c'est surtout visible l'après midi chez les grands. tout est normalisé et ramené au plus petit dénominateur commun. surtout pour les garçons (sauf en 6eme div où M Barena ne fait pas le pingre et c'est bien). en adage nous sommes loin des démos de Maîte Labis.
certaines individualités osent quand même et cela fait chaud au coeur (en 2ème div et 1ere div)
très belle 5ème division filles et à surveiller la 2ème div garçons.


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Wed Dec 05, 2007 1:16 pm 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
Merci Malanéva pour ces impressions.

Quote:
Oui, c'était comme ça! On a suivi en voiture le bus sous la pluie, dans les embouteillages parisiens, où ma fille avec d'autres enfants avançait en mangeant sa collation, du Garnier vers la Bastille...

Ca a du être difficile de les faire revenir à la réalité après une telle journée :lol: !

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
 Post subject: Démonstrations
PostPosted: Fri Dec 14, 2007 8:08 am 
Offline

Joined: Tue Dec 12, 2006 8:32 am
Posts: 3
Je ne suis pas d'accord avec vous Malavena et je vous trouve bien sévère de juger zéro la prise de risque des "grands".
Si elle n'est pas visible, elle est réelle et les élèves ont le sentiment de se mettre en danger par la seule difficulté de certaines combinaisons de pas.
Si cela n'est pas perceptible pour le public c'est qu'ils semblent alors déjà très "pro" pour paraître à l'aise malgré leurs doutes.
Quant à la 6ème division de M. Barena, pour moi, je regrette l'époque de Mme CAVALIN où certainement la démonstration était moins "palpitante" pour le spectateur mais où un véritable travail d'orfèvre en matière de placement et de propreté du mouvement était accompli.
Donc, à chacun sa propre appréciation de la valeur de la danse!


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Fri Dec 14, 2007 11:09 am 
Offline

Joined: Fri Oct 13, 2006 1:56 am
Posts: 15
Je précise , cela
manquait de "piquant" même si c'était plus enlevé que pour la 1ère; d'ailleurs les profes avaient cessé de "plaindre" leurs élèves. Les "c'est bientôt fini" de la 1ère représentation étaient pénibles
Dnser sur cette scène ne relève pas à mon sens du pensum même si pression il y a.
Il y a un problème de pirouettes filles et garçons confondus sauf quelques individualités
les 2ème garçons, pour certains semblent plus pointus que les 1ères
d'ailleurs les exercices proposé par M Camillo étaient à la hauteur et il semblait content de ce que certains réalisaient.
Je persiste sur le classe d'adage et mes souvenirs de celle d'Attilio Labis


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Fri Dec 14, 2007 3:50 pm 
Offline

Joined: Fri Feb 27, 2004 12:01 am
Posts: 5
Bonjour!
Est-ce qu'une généreuse personne aurait des places à revendre pour les démonstrations du samedi 22 après midi! C'est pour un ami à moi, un ancien de l'école mais qui n'a pas pu prendre c'est places car il était à Londres!
Sinon, est-ce que vous pouvez me dire à quelle heure il faut passer aux guichets le matin ou l'après midi pour avoir des places de dernière minutes?
Merci.


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Sat Dec 15, 2007 2:54 am 
Offline

Joined: Mon Apr 17, 2006 2:20 am
Posts: 109
Voici l'avis d' "Alice"
Ce mercredi matin j'ai eu la chance d'assister aux démonstrations de l'Ecole de Danse. J'ai pu admirer les grandes divisions.
L'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris comporte 6 niveaux soit 6 divisions filles et 6 divisions garçons. Les 6emes divisions sont les classes des touts petits, les 1eres divisions sont les classes des jeunes de moins de 18 ans qui préparent le concours d'entrée du Ballet de l'Opéra.
Ce mercredi donc, j'ai vu les 3eme, 2eme et 1ere divisions filles et garçons en classique, les 3eme division en danse de caractère et les 1eres division en cours de pas de deux.

Un garçon de 3eme s'est blessé lors du 1er exercice. J'espère que ce n'est pas grave et qu'il sera sur pied. J'ai eu de la peine pour lui.
Le niveau est bon. Enfin est-ce nécessaire de le dire venant d'une telle école?
J'ai été impressionnée par les filles de 2eme divison. J'ai trouvé 2 d'entre elles extrêment douées et grâcieuses. Leur sourire et leur joie de danser furent enchanteurs.
Même impression chez les garçons, coachés par Eric Camillo qui prend du plaisir à expliquer les exercices au public et encourage ses élèves, bien que j'ai trouvé ses "pas mal les garçons" assez durs au vu de la difficulté des enchaînements demandés. Mais on sent malgré tout une grande tendresse envers ses élèves.
Petite déception avec les 1ere division garçon. Il y a tout de même de très bons élèments. J'ai particulièrement apprécié Takeru Coste et Hugo Vigliotti.
La 1ere division fille est d'un très haut niveau. Toutes sont superbes. Petit coup de coeur quand même pour Léonore Baulac, magnifique.

Dans l'ensemble j'ai regretté l'aspect spectacle, voire examen, de ces démonstrations. Je m'attendais à plus de spontanéité et surtout plus de prise de risque. Pour moi, les démo sont un cours présenté sur scène afin de montrer au public la façon d'enseigner et l'ampleur du travail. Chuter ou rater un pas n'est donc absolument pas grave dans ce contexte. Un cours c'est fait pour s'entrainer, tenter des pas ou enchaînements que l'on n'oserait pas encore faire sur scène. sans compter que les erreurs, faux pas, ratages et chutes font parti de l'apprentissage de la danse.
Certains élèves ont chuté ou raté un pas. Ils avaient l'air extrêment contrarié, presque gêné alors que j'ai trouvé leur ratage normal. C'est un cours. Et cela n'enlève rien à leur qualité.
Dommage que l'on ressente la peur de ne pas réussir, leur danse s'en ressent.

Quoi qu'il en soit, un grand bravo à tous les élèves et bonne continuation!


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Sun Dec 23, 2007 3:07 am 
Offline

Joined: Sun Dec 04, 2005 12:49 pm
Posts: 18
Location: Paris
Des photos des démonstrations ici :

[
http://web.mac.com/brunoteissier/iWeb/L ... embre.html


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Music to one's ears?
PostPosted: Sun Dec 23, 2007 4:52 am 
Offline

Joined: Sat Nov 06, 2004 12:01 am
Posts: 358
Location: Paris
L'auteur de ces lignes n'a pu assister qu'aux démonstrations d'hier après-midi.

Il y a UNE SEULE CHOSE que je voudrais dire.

Nous avons un problème musical.

Pour des raisons que je peine à comprendre, nous nous sommes tous mis dans la tête que la danse classique est un art "polyvalent", qui peut être polyvalemment accompagné de N'IMPORTE QUELLE musique - piano bar, jazz, musique de film, Bach Jacques Louvelisé....

NON. NON. Et NON.

La danse classique telle que nous la connaissons dans le monde occidental, devient un art MAJEUR au début du XIXème siècle. En raison de l'oeuvre, en particulier, de Beethoven, puis de Schubert, Mendelssohn, Schumann. C'est en raison de l'inspiration que leur donnait cette pensée musicale, qu'il y a exactement deux cents ans, les professeurs français ont réussi par leur recherche, leur expérimentation, à inventer la danse de grande élévation (grand allegro) qui vient s'ajouter à l'ancienne danse terre à terre (petit allegro) et la danse dite "noble" ou "temps lié" (adagio), sans jamais détruire ces deux dernières.

Si nous nous séparons de cette forme de pensée musicale, ce que nous faisons n'a plus aucun sens. Cela devient de la gesticulation vide.

L'émotion, est dans le CORPS, pas dans les jambes. J'entends les gens dire "t'inquiète pas, les jolis bras, ils vont l'acquérir après, une fois dans le corps de ballet", ou bien "il a le temps maintenant de travailler le haut du corps".

Les "jolis bras" n'existent pas. Les bras sont attachés au dos. Ils ne sont pas pour faire "décoratif" comme une applique murale, car les bras ne sont qu'une émanation du DOS. Le dos, c'est à dire le torse, là où réside la commande du geste et de l'expressivité dansante. Là où est généré épaulement.

L'émotion de la danse classique est une émotion musicale, une réponse aux idées que nous viennent de la musique. Lorsque l'on présente de la musique vide d'idées, sans contenu intellectuel et émotionnel, le cerveau du danseur tourne à vide. Cela devient un formalisme stérile.

Cette émotion doit être présente dans tout, dans tous les cours, l'engagement du torse doit être présent dès le début. IT IS NOT A TACKED-ON FEATURE, que l'on acquiert "une fois adulte". Pourquoi cantonner cette émotion aux cours de danse de caractère? (Et d'ailleurs, il faudrait qu'il y ait de la danse de caractère tout au long de la scolarité, pour des raisons plus qu'évidentes).

Et c'est le musicien qui donne litéralement le "la" au danseur. Il a un pouvoir incroyable sur la danse, et très honnêtement et sans vouloir être discourtois, je ne suis pas sûr que ce pouvoir soit actuellement utilisé entièrement à bon escient. Car il ne suffit pas d'avoir le bon nombre de temps par mesure pour tel ou tel exercice. La musique ne doit JAMAIS être déployé dans un cours de manière utilitaire, pragmatique.

Ne cherchez pas plus loin pour comprendre où l'épaulement est parti.

Epaulement est parti à la Salle Pleyel entendre un concert. Il reviendra seulement lorsque l'on lui donnera quelque chose d'intéressant à écouter dans la salle de danse.


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject:
PostPosted: Sun Dec 23, 2007 7:52 am 
Offline

Joined: Mon Oct 22, 2001 11:01 pm
Posts: 3785
Location: Paris, FRANCE
Je suis allée voir les photos des démonstrations sur le blog indiqué.
Bravo à Lucas Teissier, auteur de ce blog très bien conçu !


Et je ne résiste pas au plaisir de vous donner ce lien :


http://web.mac.com/brunoteissier/iWeb/L ... EF813.html

Bravo les garçons, comme disent vos professeurs (enfin, le disent-ils assez souvent ?)


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: Music to one's ears?
PostPosted: Sun Dec 23, 2007 9:09 am 
Offline

Joined: Mon Feb 23, 2004 12:01 am
Posts: 112
KANTER wrote:
L'auteur de ces lignes n'a pu assister qu'aux démonstrations d'hier après-midi.

Il y a UNE SEULE CHOSE que je voudrais dire.

Nous avons un problème musical.

Pour des raisons que je peine à comprendre, nous nous sommes tous mis dans la tête que la danse classique est un art "polyvalent", qui peut être polyvalemment accompagné de N'IMPORTE QUELLE musique - piano bar, jazz, musique de film, Bach Jacques Louvelisé....

NON. NON. Et NON.

La danse classique telle que nous la connaissons dans le monde occidental, devient un art MAJEUR au début du XIXème siècle. En raison de l'oeuvre, en particulier, de Beethoven, puis de Schubert, Mendelssohn, Schumann. C'est en raison de l'inspiration que leur donnait cette pensée musicale, qu'il y a exactement deux cents ans, les professeurs français ont réussi par leur recherche, leur expérimentation, à inventer la danse de grande élévation (grand allegro) qui vient s'ajouter à l'ancienne danse terre à terre (petit allegro) et la danse dite "noble" ou "temps lié" (adagio), sans jamais détruire ces deux dernières.

Si nous nous séparons de cette forme de pensée musicale, ce que nous faisons n'a plus aucun sens. Cela devient de la gesticulation vide.

L'émotion, est dans le CORPS, pas dans les jambes. J'entends les gens dire "t'inquiète pas, les jolis bras, ils vont l'acquérir après, une fois dans le corps de ballet", ou bien "il a le temps maintenant de travailler le haut du corps".

Les "jolis bras" n'existent pas. Les bras sont attachés au dos. Ils ne sont pas pour faire "décoratif" comme une applique murale, car les bras ne sont qu'une émanation du DOS. Le dos, c'est à dire le torse, là où réside la commande du geste et de l'expressivité dansante. Là où est généré épaulement.

L'émotion de la danse classique est une émotion musicale, une réponse aux idées que nous viennent de la musique. Lorsque l'on présente de la musique vide d'idées, sans contenu intellectuel et émotionnel, le cerveau du danseur tourne à vide. Cela devient un formalisme stérile.

Cette émotion doit être présente dans tout, dans tous les cours, l'engagement du torse doit être présent dès le début. IT IS NOT A TACKED-ON FEATURE, que l'on acquiert "une fois adulte". Pourquoi cantonner cette émotion aux cours de danse de caractère? (Et d'ailleurs, il faudrait qu'il y ait de la danse de caractère tout au long de la scolarité, pour des raisons plus qu'évidentes).

Et c'est le musicien qui donne litéralement le "la" au danseur. Il a un pouvoir incroyable sur la danse, et très honnêtement et sans vouloir être discourtois, je ne suis pas sûr que ce pouvoir soit actuellement utilisé entièrement à bon escient. Car il ne suffit pas d'avoir le bon nombre de temps par mesure pour tel ou tel exercice. La musique ne doit JAMAIS être déployé dans un cours de manière utilitaire, pragmatique.

Ne cherchez pas plus loin pour comprendre où l'épaulement est parti.

Epaulement est parti à la Salle Pleyel entendre un concert. Il reviendra seulement lorsque l'on lui donnera quelque chose d'intéressant à écouter dans la salle de danse.


http://www.youtube.com/watch?v=q-u99Onk ... re=related


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject:
PostPosted: Tue Jan 29, 2008 2:30 pm 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
Sur le blog de Lucas Teissier, signalé plus haut, un trombinoscope des élèves de l'école de danse de l'opéra:

Lien

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 14 posts ] 

All times are UTC - 7 hours [ DST ]


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
The messages in this forum are posted by members of the general public and do not reflect the opinions or beliefs of CriticalDance or its staff.
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group