public forum
home forum magazine gallery links about faq courtesy
It is currently Fri Aug 22, 2014 1:47 pm

All times are UTC - 7 hours [ DST ]




Post new topic Reply to topic  [ 12 posts ] 
Author Message
 Post subject: Paquita - ONP - 11 au 30 décembre 2007
PostPosted: Fri Nov 23, 2007 3:43 pm 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
Le Pleins Feux a lieu demain à l'amphithéâtre Bastille!


Paquita Emilie Cozette ou Marie-Agnès Gillot ou Agnès Letestu ou Dorothée Gilbert
Lucien d'Hervilly Mathieu Ganio ou Manuel Legris ou Hervé Moreau ou Karl Paquette
Inigo Karl Paquette ou Stéphane Bullion ou Gil Isoart ou Yann Saïz
Pas de 3 Fanny Fiat, Mathilde Froustey ou Marie-Solène Boulet, Laura Hecquet ou Laure Muret, Muriel Zusperreguy
Pas de 3 Emmanuel Thibault ou Mathias Heymann ou Julien Meyzindi ou Simon Valastro
Dona Seraphina Sarah Kora Dayanova ou Laura Hecquet ou Alice Renavand
Don Lopez de Mendoza Guillaume Charlot ou Eric Monin ou Jean-Marie Didière
Le comte d'Hervilly Jean-Christophe Guerri ou Guillaume Charlot ou Eric Monin
La comtesse Juliette Gernez

Quote:
Orchestre Colonne
Direction musicale Paul Connelly
Palais Garnier
Première 11 déc. 2007 19h30
Représentations 12, 14, 15, 17, 18, 20, 21, 22, 24, 25, 27, 28, 29 (14h30/20h), 30 (14h30) déc. 2007 19h30
Durée du spectacle 3h
Prix des places 80€, 60€, 38€, 20€, 10€, 7€, 6€
Ouverture des réservations individuelles
Internet 12 sept. 2007, Correspondance 12 sept. 2007, Téléphone (Prov/Idf) 29 / 30 oct. 2007, Guichets 12 nov. 2007

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Sat Nov 24, 2007 4:34 pm 
Offline

Joined: Fri Apr 18, 2003 11:01 pm
Posts: 553
Location: Paris
Le passeport était aujourd'hui dirigé par Laurent Hilaire avec comme danseurs Dorothée Gilbert, qui remplaçait au pied levé Emilie Cozette légèrement souffrante, et Stéphane Bullion.
Laurent Hilaire a fait répéter le pas de deux du Rocher et une scène de pantomime.
Si on peut pardonner au sujet Stéphane Bullion la faiblesse de son interprétation, je m'abstiendrai de tirer sur une ambulance et je n'insterai pas sur sa partenaire.
Laurent Hilaire s'est par contre montré particulièrement clair dans ses explications, plein d'humour et précis.


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Sat Nov 24, 2007 4:57 pm 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
Le "Pleins Feux" a commencé par un hommage fort bienvenu à Béjart. Brigitte Lefèvre a annoncé que le Pleins Feux allait commencer par un hommage un peu spécial au chorégraphe. Je m'attendais à un extrait de ballet... Mais en fait, ce qu'il s'est passé, c'est que Brigitte Lefèvre, Dorothée Gilbert, Laurent Hilaire et Stéphane Bullion se sont mis en ligne, et au "top" de Laurent Hilaire, ils ont chacun pris une pause typique du style Béjart! Et au deuxième "top" d'Hilaire, ils ont relaché la pause. C'était quelque peu... insolite :lol: , mais finalement plutôt touchant.

Ensuite, le travail sur Paquita a commencé. Les danseurs semblent en être aux tous débuts de l'apprentissage de leur rôle, et Laurent Hilaire les arrêtaient toutes les 2 secondes pour leur expliquer la signification de ce qu'ils faisaient. Il était donc malaisé pour le public de suivre quelque chose. De plus, on peut s'interroger sur la façon dont les danseurs travaillent leur rôle: visiblement, en apprenant par coeur les pas à partir d'une vidéo, sans rien comprendre de leur signification.

Je pense que, pour le public, il eût été bienvenu de travailler une séance de pantomime et une séance de danse, plutôt que 2 séances de pantomime.

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
 Post subject: Let Go, Legris !
PostPosted: Wed Dec 12, 2007 2:06 am 
Offline

Joined: Sat Nov 06, 2004 12:01 am
Posts: 358
Location: Paris
LET GO, LEGRIS!


Je serais moins emballé que certains au sujet de cette première, nouvelle preuve s'il en fallait, que nous sommes au "tail end" du système lefevrien.

Monsieur Legris ne doit PLUS danser ces rôles de jeune premier.

Depuis environ six ans maintenant, cela eut dû être exclu.

Je n'ai rien contre M. Legris - au contraire. Il fut très bon danseur, parfois grand danseur, et il reste, encore, excellent partenaire - quoique, vu son âge, c’est à ses risques et périls.

Mais cela fait six bonnes années qu'il n'est plus en pleine possession de ses moyens, et au jour d'aujourd'hui il a 43 ans.

En anglais, nous avons une expression,

DOG IN THE MANGER.

Dans les écuries, les chevaux étant des animaux nerveux et sensibles, souvent on leur donne des animaux de compagnie – des chèvres, qui sont drôles et taquins, mais aussi des chiens.

Or, il se fait que de temps à autre, un chien décide que s'il ne peut lui, manger de la graine, néanmoins il saute dans la mangeoire, il montre les dents, il grogne terrifiquement, et il empêche le cheval de manger alors que cette graine jamais ne lui profitera! Et nous appelons cela,

DOG IN THE MANGER.

Il y a des hommes dans la troupe qui attendent depuis très longtemps pour danser ces premiers rôles, dont, qui sait? celui qui fit le pas de trois hier soir.

Monsieur Legris a fait une très grande carrière ici, et à l’étranger. Il est, litéralement, un Dieu vivant au Japon et en Chine - vingt pourcent de l’humanité, excusez du peu. Il a dansé tous les grands rôles maints fois, et, couvert d’honneurs et de décorations, est invité partout au monde à enseigner. Son avenir est totalement assuré. Peut-on dire de même de la plupart des danseurs classiques dans le monde actuel ?

So, WHAT MORE DO YOU WANT ?

LET GO, LEGRIS!

Que la jeune Dorothée Gilbert en Paquita se satisfasse de la collaboration avec M. Legris en Lucien d’Hervilly, soit, ce n’est pas mon cas, et, vous pouvez le croire, je ne suis pas seul dans le public à le penser. Ce couple est, de par la différence criante d'âge et de fraîcheur technique, fort mal assorti, et comme M. Legris n’est pas très bon acteur, sa pantomime étant assez froide, la scène dégage un petit air de salon privé.

Déjà, ce ballet de « Paquita » est un spectacle glacial, criblé d’incohérences de point de vue de la dramaturgie (en tant qu’ami de notre très chère Espagne, le scenario ne comble pas d’aise non plus l’auteur de ces lignes), et en venir à rajouter une autre – ce partenariat – est véritablement le pompon.

[...]

Heureusement, la mise fut sauvée par notre Clairseach, notre harpe irlandaise – Fanny Fiat. Pour être franc, je n’ai pu voir que les 2/3 de sa variation, étant debout dans une loge derrière une grande cariatide de pierre, mais où est Turlough Carolan pour chanter cette ballerine ? Si vous avez entendu le son très particulier, cristallin et néanmoins pénétrant, de la harpe celte vous saurez. En tout cas, c’est la première fois en sept ans que je vois quelqu’un réussir à faire sens poétique des étranges mouvements de bras que veut Lacotte pour les dames dans ce pas de trois, et quant à sa plastique dans la saltation, saltation qui reste à tout moment des pas de DANSE et qui DANSENT, pas où toute force est déguisée – eh bien, la petite Osipova n’a qu’à retrousser les manches.

Quelque peu découragé par l’idée de l’Acte II conduit par le partenariat déséquilibré dont nous venons de parler, l’auteur de ces lignes a senti qu’il était temps de décamper lorsque la récré à sonné à 20.30.


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject:
PostPosted: Sun Dec 23, 2007 3:02 am 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
Je voyais ma première Paquita de la série hier, et il faut signaler que la production a beaucoup changé en comparaison du DVD: supression du prologue, polonaise interprétée par le corps de ballet masculin, etc. Le ballet devient donc une succession de danses, et je défie quiconque de compendre quelque chose à l'histoire sans avoir lu le livret :lol: . D'un côté, ça m'a fait pensé à La Fille du pharaon, ou j'avais trouvé que la quasi absence de scènes "narratives" cassait le rythme de l'ensemble. Ici, c'est moins le cas, mais ça rend un côté encore plus superficiel au ballet. Le béotien passant par là ne peut que penser que le ballet est un art un peu "léger" :lol: !

C'est quand même avec grand plaisir qu'on retrouve ce ballet, et surtout qu'on retrouve Marie-Agnès Gillot dans un vrai rôle classique! Que dire, si ce n'est qu'elle est une étoile parfaite, parfaite techniquement et à la pantomime très fine, elle a de plus l'air de beaucoup s'amuser.

Le corps de ballet était tout à fait satisfaisant, mais on peut regretter l'air grave des danseurs dans la polonaise. Seul Simon Valastro affichait un air enjoué. Côté filles, je regrette une trop grande retenue dans le Grand Pas, mais bon, on a le style "opéra" ou pas :lol: ...

Signalons plusieurs changements par rapport à la fiche des distributions: Fanny Fiat ne dansait pas (il me semblait que c'était Muriel Zusperreguy dans les deux espagnoles, mais c'est impossible vu qu'elle dansait à Bastille... ou alors elle est très forte). En revanche, Eléonore Guérineau dansait dans le Grand Pas.

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Sun Dec 23, 2007 4:33 am 
Offline

Joined: Fri Apr 18, 2003 11:01 pm
Posts: 553
Location: Paris
C'est vrai que cela fait du bien de retrouver une "vraie" danseuse étoile dans un grand rôle classique. Marie-Agnès Gillot, trop longtemps éloignée du classique, revient sur ce rôle de Paquita avec une technique brillante et une réelle présence scénique même si on la sent parfois un peu en retrait.
Mathias Heymann m'a largement convaincu dans le pas de trois (alors que je l'avais trouvé assez mauvais dans la fille mal gardée qui demandait davantage d'interprétation) et il m'a semblé techniquement très au-dessus des deux autres premiers danseurs distribués hier soir.
Karl Paquette a fait une prestation solide très attentif à sa partenaire. Lui au moins il n'est pas blessé : il danse et ce ne serait que justice qu'il soit nommé étoile.


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Sun Dec 23, 2007 11:22 am 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
@urelie wrote:
il me semblait que c'était Muriel Zusperreguy dans les deux espagnoles, mais c'est impossible vu qu'elle dansait à Bastille... ou alors elle est très forte

Finalement, il semble que c'était bien Muriel Zusperreguy!

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Wed Dec 26, 2007 12:36 pm 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
L'article de Rosita Boisseau dans Le Monde:

Lien

Quote:
Le chic de ce ballet, oublié du répertoire français jusqu'à ce que le chorégraphe Pierre Lacotte le remonte avec une méticuleuse passion en 2001, est de ne rien nous apprendre que nous ne sachions déjà sur les gags comiques et les ressorts du vaudeville.

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Fri Dec 28, 2007 4:09 am 
Offline

Joined: Fri Apr 18, 2003 11:01 pm
Posts: 553
Location: Paris
J'ai vu la représentation d'hier de Paquita avec Gilbert/Bullion.

Arrivé en retard :oops:, je ne sais trop que dire de la prestation d'Audric Bézard.
Pour ce qui est de Dorothée Gilbert, la technique bien qu'entachée de très nombreuses imprécisions et autres tremblements reste correcte dans un ballet pas simple de ce point de vue. Probablement consciente de ses lacunes dans le domaine de l'interprétation, Dorothée Gilbert a visiblement travaillé sur ce plan là. Il me semble qu'elle a plus ou moins abandonné son sourire figé ce qui est très positif. Du coté du jeu, elle n'a guère amélioré la justesse de son interprétation mais au lieu de cela elle appuie énormément son jeu ce qui conduit à un résultat pour le moins bizarre.
Stéphane Bullion m'a semblé très concentré, voire peut-être crispé, l'enjeu était sans doute important pour lui. Si sa technique est correcte sans être un modèle de propreté, il m'a semblé effacé et manquant souvent de présence.
Mathias Heymann nous a fait encore une fois une très belle démonstration de sa technique et de son élégance dans le pas de trois.


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Fri Dec 28, 2007 4:36 am 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
Je suis retournée voir ce ballet hier, avec la distribution Gilbert/Bullion (Lucien)/Bezard (Inigo). Je tiens à souligner que ce ballet est vraiment réjouissant (malgré la structure narrative un peu légère, déjà soulignée), en raison du nombre impressionnant de "numéros" qui s'enchaînent, et aussi en raison des magnifiques costumes!

La distribution d'hier , après avoir été changée 2 fois, réunissait Dorothée Gilbert, Stéphane Bullion et Audric Bezard dans les rôles principaux. Dorothée Gilbert est charmante dans ce rôle qui lui permet d’exposer son dynamisme, en dépit d’une technique perfectible, notamment au niveau de la précision (espérons que ce n’est pas dû à un reste de blessure). De plus, sa pantomime gagne en naturel, et à ce titre, la deuxième partie du premier acte fut réjouissante, grâce aussi au truculent Inigo d’Audric Bezard. Stéphane Bullion fut quant à lui très convaincant en Lucien, et je trouve qu’il gagné en précision ces dernières années.

La polonaise fut brillamment menée par Grégory Dominiak et Julien Meyzindi, qui semblaient prendre beaucoup de plaisir à jouer les officiers « machos ». Personnellement, j’aime beaucoup cette version de la polonaise, comparée à la version dévolue aux enfants. Enfin, le corps de ballet féminin fut remarquable dans le Grand Pas, et il y aurait trop de monde à citer ! Cependant, dans le même Grand Pas, je dois dire que je déteste cette façon qu’ont les danseuses de l’opéra de tenir des équilibres sans bouger d’un cheveu, comme si elles étaient changées en statues de pierre. Pour moi, si un équilibre est parfaitement stable au niveau des jambes, le haut du corps doit marquer une respiration, le bras doit continuer de s’ouvrir… afin de ne pas donner ce côté « je pose pour la photo ». Et quand en plus les équilibres sont tenus en dépit de la musique qui continue… Hier, plusieurs décalages entre fosse et plateau ont été à déplorer.

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
 Post subject: critique sur LesCulturelles.net
PostPosted: Fri Dec 28, 2007 8:05 am 
Offline

Joined: Mon Mar 03, 2003 12:01 am
Posts: 15
Une critique de la représentation du 27:

http://www.lesculturelles.net/danse.md/360_paquita


Top
 Profile  
 
 Post subject:
PostPosted: Fri Dec 28, 2007 10:47 am 
Offline

Joined: Sun Aug 03, 2003 11:01 pm
Posts: 2324
Merci Vindex.

La critique de Valérie Moreau, qui semble avoir eu un coup de coeur pour Sarah Kora Dayanova, sur evene.fr:

Lien

_________________
L'art naît de contraintes, vit de luttes et meurt de liberté


Top
 Profile  
 
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 12 posts ] 

All times are UTC - 7 hours [ DST ]


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
The messages in this forum are posted by members of the general public and do not reflect the opinions or beliefs of CriticalDance or its staff.
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group