public forum
home forum magazine gallery links about faq courtesy
It is currently Sun Oct 26, 2014 1:01 am

All times are UTC - 7 hours [ DST ]




Post new topic Reply to topic  [ 22 posts ]  Go to page Previous  1, 2
Author Message
 Post subject: Re: De l'avenir de la danse classique en France
PostPosted: Fri Aug 17, 2001 6:02 pm 
Offline

Joined: Sun Jun 11, 2000 11:01 pm
Posts: 4753
Location: Montreal, QC, Canada
Oui Cathy, c’est vrai, j’aime beaucoup la danse contemporaine. Mais je pense que tous les styles de danse sont importants. Je prends le temps de poster les liens pour la danse classique, la danse contemporaine, et la danse mondiale chaque jour parce que je pense quelle devraient tous avoir une chance de s’exprimer et cela qui quelle soit. <P>Je ne pense pas que ce soit vrai que les « meilleurs » chorégraphes modernes et les « meilleurs » danseurs sont issuent de la danse classique et qu’ils étaient des échecs. (et d’abord qui sont les meilleurs ??? de l’opinion de quelles personnes? tout ça n’est qu’une question de goût). C'est une vieille idée, une vieille retorique. La danse contemporaine a évolué beaucoup depuis le moment où on l'a vu comme alternative à une carrière dans le ballet. Ca prend autant d'années pour apprendre une technique comme Graham qu’il en prend pour danser sur les pointes. Rien n’est si simple. Je puis seulement parler de mon expérience, cependant, j'ai étudié longtemps le ballet et la danse contemporaine dans des studio prives, cela depuis vingt ans maintenant, et plus tard à l'université—des cours pratiques en plus d’histoire sur la danse et ses théories.<P>Je ne pense pas qu’il est « drôle » que les chorégraphes contemporains utilisent le hip hop pour faire leur création. C’est normal d'emprunter de la société actuelle pour faire son Art. Pourquoi la danse devrait-elle être différente que n’importe quel autre Art ? L’utilisation des danses folkloriques et de danse de la cour royale pour la création de ballet classique sont aussi l’influence de la société en leur temps. Ne sont t’ils pas tous de même valeurs? Et comme tu as laisser entendre, si sans la danse classique, il n'y aurait pas de danse contemporaine, sans aucun doute, sans la danse de la cour royale et des danses folkloriques, il n'y aurait pas de danse classique. La danse est une évolution. <P>Pour moi personnellement, les pièces classiques font référence au passé, et sont importants en tant que documents historiques. Quand j’ai apprit sur eux, je n'ai pas besoin de les voir tout le temps. Quand nous considérons que ces références historiques étaient, pour la plupart, parti intégrante du présent lors de leurs créations, elles devenait en fait des créations contemporaines de leur propre contexte. Pour ceux qui souhaitent continuer à créer des pièces avec un vocabulaire d'une période qui n'est pas de leur temps, et pour ceux qui souhaitent les observer, ceci est leurs choix, leurs droit. Si nous instruisons les étudiants sur les danse du passé, comme tu le suggère, et qu’après ils ne sont pas plus intéresser et finissent par choisir la danse moderne, ceci devient leurs choix, leurs droit.<P>Je peux apprécier tes sentiments au sujet de la danse classique et ceux de l'auteur dans l'article que tu as fait poster. Mais, je ne pense pas que ce soit un problème, la disparités entre la danse classique et la danse contemporaine , ou qui doit détermine lequel des deux est la plus importante—l’assistance, le gouvernement ou les critiques. Ceci n’est qu’une action de notre société vers l’avant, vers le future, a tout les jours il y a changement au sein de notre société, des changement a notre culture. Il n’y point de bataille a faire entre le classique et le moderne. Nous en tant que société fessons des choix, mais nous ne contrôlons pas l’avenir. <P>(Considérant que le gouvernement français met énormément d'attention à l'art et à la culture, il ne fait aucun doute qu'ils ont étudié la question et leur rôle à un certain degré. Ils ne vivent pas dans une bulle, ils doivent être influencés par la société comme tous les autres.) Ceux qui veulent vraiment être créateur de leur Art, le feront avec ou sans le support. Ce fut le cas pendant des décennies pour la danse contemporaine. C'est une perte de temps, à mon avis, d'essayer de décider ce qui est plus important, la danse classique ou la danse contemporaine. Et sans avantage à la danse en général. <P>Il y aura toujours ceux qui s’intéressent au passé et ceux qui regardent dans le futur—c’est comme ce que sa marche.<BR>


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: De l'avenir de la danse classique en France
PostPosted: Fri Aug 17, 2001 11:37 pm 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
"Il y aura toujours ceux qui s’intéressent au passé et ceux qui regardent dans le futur—c’est comme ce que sa marche".<P>D'accord avec cette dernière phrase, mais je pense qu'il y a aussi une tradition à respecter, c'est le but théoriquement des troupes de théâtre "Repertoire, tradition, et enrichissement". <P>A la Comédie Française, on joue encore Corneille, Racine, Shakespeare et on joue du Copi, et autres auteurs contemporains. Tous les acteurs de théâtre ont naturellement le goût pour le texte "moderne", ils aiment le jouer. Mais ils aiment aussi jouer se replonger dans les grands classiques car ils disent que c'est par eux qu'ils apprennent.<BR>Et jamais un acteur de théâtre ne fera que des pièces modernes, jamais un chanteur lyrique ne chantera que du contemporain parce qu'il faut regarder vers le futur. Ils ont le respect de la tradition et du répertoire.<P>Ce n'est pas pareil pour la danse, il y a aussi la mentalité française qui est de "brûler ce qu'elle a adoré". Qu'il y ait de la danse contemporaine, que les chorégraphes aillent puiser dans la rue leur inspiration pourquoi pas, mais c'est le côté totalitariste que nous réprouvons, on impose une forme de danse que le public n'apprécie pas forcément ou on montre au public qu'il n'y a que "CA" d'intéressant.<P>Le gouvernement suit les artistes qui lui sont proches, c'est depuis 1981, que toutes les compagnies contemporaines ont été imposées, sur-imposées. <P>L'Opéra est touché également, pourquoi ? Parce que la Directrice de la Danse est une de ces mauvaises danseuses classiques, qui n'a pu monter dans la hierarchie de l'Opéra et s'est réfugiée en fondant la compagnie du Silence avec Jacques Garnier. Brigitte Lefèvre est revenue au Ministère, où elle a occupé une fonction importante et a eu l'Opéra. <BR>On a l'impression qu'elle tient sa revanche, maintenant et impose à l'Opéra ses goûts. Nureyev qui a élever la troupe à sa valeur actuelle avait su imposer à l'Opéra Garnier (et non uniquement au GRCOP) Forsythe, Kylian, Michael Clark, Mark Morris, Armitage, Marin, Bagouet etc. mais avait préservé le répertoire classique (Petipa, mais également Bournonville, Lifar, Balanchine) dans sa plus pure tradition. <P>Patrick Dupond qui lui a succédé a continué à enrichir le répertoire tout en conservant aussi la tradition. Si les distributions étaient contestées, les saisons étaient généralement globalement approuvées et elle mêlait danse contemporaine et danse classique.<P>Ce n'est que depuis que Lefèvre est Directrice de la danse, que les saisons se répetent, ne présentent plus que les mêmes classiques, oublient tout le répertoire français du XXe siècle purement Opera comme Lifar et tout le monde le réprouve, danseurs, spectateurs, critiques, mais cela reste en l'état, car on est dans une mouvance "contemporaine". <BR>Le pire dans tout cela c'est que le niveau de la troupe s'il monte techniquement parlant, n'a plus le même niveau artistiquement parlant. <P>Pas un danseur de la troupe ne trouve la saison prochaine bonne, et même si ce sont des danseurs "classiques", certains sont prêts à faire toutes les découvertes, mais généralement ils sortent déçus de leur rencontre avec les chorégraphes contemporains français style Duboc, Gallotta, Larrieu. La seule chorégraphe qui les ait fait réagir positivement est Pina Bausch et pas par cette travaux actuels mais par son sacre du printemps, qui est quand même de la Danse. <P>Je ne parle pas du public qui trouve exécrable les créations de ces chorégraphes. Logique me diras-tu ? Considérant que le public de l'Opéra est rétrograde, ce qui n'est pas vrai. Quand les créations sont bonnes, le public sait le reconnaitre comme le Parc de Preljocaj. Des pieces comme Glass pieces de Robbins qui sont plutôt contemporaines font un tabac. Lors de la venue du SFB à Paris, Night a fait un tabac et pourtant c'est typiquement contemporain.<P>On impose également à des danseurs de formation classique de ne plus faire que du contemporain et s'ils ne partent pas c'est sans doute que les autres troupes ne peuvent les accueillir. Quand on a une formation complètement classique, faut-il trouver normal de ne danser QUE DU contemporain ? <P>Concernant la vieille rhétorique sur les mauvais danseurs... beaucoup l'avouent. Et cela se vérifie, on considère que Béjart, Petit étaient de mauvais danseurs mais de bons chorégraphes et l'inverse est souvent vrai également Le Riche est un bon danseur mais un mauvais chorégraphe de même que Nureyev qui n'avait comme seul talent que la mémoire du Kirov, ses oeuvres personnelles mis à part Romeo sont toutes abandonnées. <P>Le public qui va à l'Opéra est ouvert et va voir aussi des spectacles de danse contemporaine, mais l'inverse est rarement vrai, c'est comme pour l'Opéra, les amateurs d'Opéra dans leur ensemble trouvent la danse ringarde alors que les amateurs de danser peuvent apprécier l'Opéra, donc je pense que le public de danse dite "classique" est plus ouvert quelque part Image<P>Mais la question n'est pas sur du classique par rapport au contemporain, mais du problème de la disparition totale du classique en France. Aux USA, il ne me semble pas que ce soit le cas, toutes les villes ont leur grande troupe classique et certainement des troupes contemporaines. ils savent faire cohabiter les deux.<P>Crois-tu normal que des jeunes qui vont passer dix ans de leur vie à apprendre de la danse "classique" se retrouvent à danser du contemporain. Par exemple au CNSDM de Paris, il y a deux sections, une section classique et section contemporaine, leurs programmes en tant que junior ballet classique ou contemporain ne sont QUE contemporains. C'est cela qui est anormal et que nous réprouvons fortement. <P>Regarde la Sylphide, bien que ce soit un ballet français, ce sont les Danois qui ont copié notre version et l'ont gardé jusqu'à aujourd'hui et il a fallu que Pierre Lacotte plonge dans des archives pour remonter notre Sylphide.<P>Autre exemple certains danseurs classiques de l'opéra ont critiqué la reconstitution soit disant "historique" de Paquita par Lacotte. <BR>Jean-Guillaume Bart étoile "classique" s'il en est, de l'Opéra a ouvertement critiqué dans une revue cette re-création (qui au passage a eu un immense succès public) en affirmant que comme toute reconstitution n'était absolument pas fidèle à 100% à l'original, (ne serait-ce que par l'introduction de pointes ou de danseurs), pourquoi ne pas introduire le vocabulaire néo-classique dedans, ce qu'il réussit très bien en tant que chorégraphe en faisant des ballets "classiques" comme le Diable à quatre dans l'esprit de Bournonville mais qui se veut en réalité un hommage à Balanchine, Robbins et Petipa.<P><BR>Ce n'est pas une querelle des anciens contre les modernes. Ce n'est pas vouloir imposer le CLASSIQUE face au MODERNE, mais c'est sauver le CLASSIQUE, comme on protège les BALEINES et autre espèce en voie de disparition. C'est une attitude typiquement française comme je l'ai déjà dit de ne pas respecter son patrimoine et de le laisser disparaître. <p>[This message has been edited by Cathy (edited August 18, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: De l'avenir de la danse classique en France
PostPosted: Sat Aug 18, 2001 5:29 am 
Offline

Joined: Thu May 31, 2001 11:01 pm
Posts: 218
Location: Paris, France
Marie, <P>Il est évident que les danseurs modernes travaillent autant que les classiques, mais personnellement, quand je vois du contemporain français, j'ai l'impression de voir toujours les mêmes ballets et moi aussi je pense une fois par an ça suffit. Pour moi, le classique inclut aussi bien les Petipa, Bournonville que tous les Balanchine, Robbins, Graham, etc... et le moderne ne veut pas dire forcément danse pieds nus on peut faire du moderne sur pointes mais vas-tu dire que c'est du néo classique. <P>Je suis d'accord avec Cathy, pour déplorer la disparition du classique en FRANCE, <BR>alors qu'à l'heure actuelle on y met aussi bien en valeur dans des troupes, souvent régionales, les ballets soit baroque, les fameux ballets de cour dont vous parliez, ou alors les danses folkloriques, ne voit-on pas en France à l'instar des autres pays la renaissance si ce n'est l'essor des danses celtiques, riverdance etc...<P>Tout cela aussi sous l'influence de la mode, peut-être ailleurs n'est-ce pas semblable, mais il est évident qu'en France, c'est éminement politique, la tendance du politiquement correct, l'influence des écologistes. <P>Peut-être ignorez vous que Brigitte Lefévre avant de sévir à l'Opera de Paris, était au ministère de la Culture responsable de la danse, et que déjà elle influençait la politique du ministère vers les subventions importantes de troupes contemporaines.<P>C'est aussi une question d'éducation du public, pourquoi toutes les villes allemandes, européennes ou américaines ont des troupes classiques ou néoclassiques qui marchent et pourquoi en France, ces troupes disparaissent. <P>Mais le véritable problème est que les municipalités ne veulent pas subventionner une troupe classique car elle coûte cher, décors, orchestres, costumes etc, alors que pour des troupes de danse moderne, les subventions sont moindres.<P>D'ailleurs il est curieux de constater que les seules villes maintenant des troupes classiques soient des municipalités de droite (Toulouse, Marseille, Bordeaux...). Il est évident que certaines villes ne subventionnent pas la culture préférant subventionner les créches et les zones piétonnes.. Image <BR>regarde le posting disant que la municipalité d'Arles (communiste) avait supprimé la subvention pour les stages d'été.<P><p>[This message has been edited by Claude (edited August 18, 2001).]


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: De l'avenir de la danse classique en France
PostPosted: Sat Aug 18, 2001 8:16 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Comme il faut une exception à toute règle, les municipalités de Nancy, Metz et le Conseil Régional de Lorraine qui président donc à la destinée du CNR de Lorraine ou Ballet de Nancy est complètement à droite. <P>Par contre effectivement Bordeaux, Toulouse et Marseille sont naturellement à droite.<P>

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: De l'avenir de la danse classique en France
PostPosted: Sat Aug 18, 2001 2:41 pm 
Offline

Joined: Sun Jun 11, 2000 11:01 pm
Posts: 4753
Location: Montreal, QC, Canada
Je ne pense pas que je comparerais le ballet à une espèce, et les baleines ne seraient sûrement pas mon premier choix. Image La préservation de l'art et la préservation de la nature sont deux choses très différentes. Quand un art disparaît, nous en tant qu’espèce ne disparaissons pas.<P>L'art public, comme les spectacles de danse, est toujours en relation avec les décisions politique. C’est comme cela depuis les temps des cours royales et depuis que les classe aristocratique en furent la demande. <P>Le mouvement conservatif en Allemagne se reflétés dans l'art qu'ils supportent ceci est le cas dans beaucoup de pays européens d’aujourd’hui. Les Américains, pour la plupart, ne sont pas instruits au sujet du ballet, mais c'est un pays très grand avec des compagnies qui luttent pour recevoir un support privé car il n’y a pas tres de support public (gouvernement). C’est toujours très difficile pour eux financièrement. C’est comme ça pour la plupart des compagnies de danse en Amérique du Nord, aux États-Unis et au Canada (où le support est plus de gouvernement que privé.) <P>L'art et la politique vont souvent de concert. Considérez pauvre Giselle qui est trahi par l'aristocrate. Mais je parle de la politique du passé. (On est toujours le folklore de quelqu'un d'autre.)<P>En fait ceci est très simple, quand la majorité de la société d’aujourd’hui voudras un changement, un changement de gouvernement frappera le monde des Arts. « <I>Il en va de la politique comme du reste, ça a toujours l'air mieux dans les catalogues.</I> » <BR><font size=1>Jean Dion</font><BR>


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: De l'avenir de la danse classique en France
PostPosted: Sun Aug 19, 2001 12:17 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Si tu préfères les Pandas Image, je sais bien que politique et art vont de concert, mais cela est dommage que justement avec la marche vers l'avenir tout en soit toujours à ce point-là. Cela devrait cesser. C'est vrai que les compagnies et théâtres américains vivent essentiellement du mécenat et que sans mécenat plus rien.<BR>Ceci étant la situation n'est pas comparable en France et en Amérique du Nord que ce soit la survie des troupes ou le mode de financement. <BR>Le problème de la danse classique en France reste entier et il faut faire quelque chose pour la sauver.<p>[This message has been edited by Cathy (edited August 19, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: De l'avenir de la danse classique en France
PostPosted: Sat Aug 25, 2001 12:40 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
En discutant avec une collègue de bureau, celle-ci m'a dit quelque chose de plus grave encore, c'est que des écoles de danse fermaient leurs classes de "Classiques" faute d'inscription. Elle soulignait également comment pouvait-on avoir envie de faire du classique si on n'en voyait jamais, et qu'on ne savait pas ce que c'était.<P>Je sais qu'une autre collègue de bureau a trouvé les spectacles de l'Opéra magnifiques, mais que sans le fait que je lui revende mes places pour indisponibilité ce jour-là, elle n'y serait pas allée.<P>Comme quoi, il y a vraiment un problème de communication autour de la Danse. Et comme le dit Serge sur un forum "concurrent mais néanmoins ami", c'est de la faute aux politiques.

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 22 posts ]  Go to page Previous  1, 2

All times are UTC - 7 hours [ DST ]


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
The messages in this forum are posted by members of the general public and do not reflect the opinions or beliefs of CriticalDance or its staff.
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group