public forum
home forum magazine gallery links about faq courtesy
It is currently Fri Oct 31, 2014 7:41 am

All times are UTC - 7 hours [ DST ]




Post new topic Reply to topic  [ 31 posts ]  Go to page 1, 2, 3  Next
Author Message
 Post subject: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Mon Jul 23, 2001 8:56 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Du 2 au 21 octobre aura lieu au Théâtre du Chatelet à Paris, le Nouveau festival de Danse de Paris, qui prend le relais du Festival de Danse de Paris.<P>Trois compagnies sont invitées dans ce cadre :<BR>. Alvin Ailey Dance Company<BR>. Ballet du Théâtre National de Prague<BR>. Tokyo Ballet<BR> <P> <BLOCKQUOTE><font size="1" face="Verdana, Arial">quote:</font><HR><P><font size=3><B>Alvin Ailey Dance company</B></font><P>2, 6 et 7 octobre 2001<BR><B><I>Programme 1 </B></I><P><B>Grace</B><BR>Chorégraphie : Ronald K. Brown<BR>Musiques : Duke Ellington, Roy Davis Jr, Paul Johnson et Fela Kuti<P><B>Following the Subttle Current Upstream</B><BR>Chorégraphie : Alonzo King<BR>Musiques : Zakir Hussain, Miguel Frasconi et Miriam Makeba<P><B>Révélations</B><BR>Chorégraphie : Alvin Ailey<BR>Musiques traditionnelles<P> Image <BR><font size=1><I>Revelations</I>, Alvin Ailey Dance company </font><P>3, 4 et 5 octobre<BR><B><I>Programme 2</B></I><P><B>Divining</B><BR>Chorégraphie : Judith Jamison<BR>Musiques : Kimati Dmizulu et Monti Ellison<P><B>Pas de Duke</B><BR>Chorégraphie : Alvin Ailey<BR>Musique : Duke Ellington<P><B>Bad Blood</B><BR>Chorégraphie : Ulysse Doves<BR>Musiques : Laurie Anderson et Peter Gabriel<P><B>Révélations</B><BR>Chorégraphie : Alvin Ailey<BR>Musiques traditionnelles<P><BR> Image <BR><font size=1><I>Pas de Duke</I>, Alvin Ailey Dance company</font><P><BR><HR></BLOCKQUOTE><P>Ces deux programmes nous montrent la variété du répertoire de l'Alvin Ailey Dance Company en nous reproposant d'ailleurs son chef d'oeuvre Révélations.<P><BR> <BLOCKQUOTE><font size="1" face="Verdana, Arial">quote:</font><HR><P><font size=3><B>Ballet du Théâtre National de Prague</B></font><P>du 9 au 12 octobre 2001 - Soirée Kylian<P> Image <BR><font size=1><I>Sinfonietta</I>, Ballet du Théâtre National de Prague</font><P><font size=+1>Attention, Changement de programme ! </font><P><B>Return to a Strange Land</B><BR>Chorégraphie : Jiri Kylian<BR>Musique : Leos Janacek<P><B>L'enfant et les sortilèges</B><BR>Chorégraphie : Jiri Kylian<BR>Musique : Maurice Ravel <P><B>Sinfonietta</B><BR>Chorégraphie : Jiri Kylian<BR>Musique : Leos Janacek<P><HR></BLOCKQUOTE><P>A défaut de la soirée Jazz du Birmingham Ballet qui semble coûter trop chère, nous aurons un programme tout Kylian qui nous permettra de découvrir la version intégrale de <I>Return to a strange land</I>, dont les élèves de l'école de danse avaient présenté un pas de deux en 1998 (avec Emilie Cozette et Fabien Calmels entre autres), l'enfant et les sortilèges, ballet-féérique qui illustre bien l'oeuvre de Colette et de Ravel, ainsi que Sinfonietta, que l'on n'a pas vu depuis 1995 à l'Opéra de Paris.<P> <BLOCKQUOTE><font size="1" face="Verdana, Arial">quote:</font><HR><P><font size=3><B>Tokyo Ballet</B></font><P>du 16 au 21 octobre 2001 - programme unique<P> Image <BR><font size=1><I>Kabuki</I>,Tokyo Ballet</font><P><B>Kabuki</B><BR>Chorégraphie : Maurice Béjart<BR>Musique : Toshiro Mayuzumi<P><HR></BLOCKQUOTE><P>Le Tokyo ballet nous revient avec un programme unique rendant hommage à Maurice Béjart, un de ses principaux chorégraphes. En effet le Tokyo ballet est une des rares troupes à toujours posséder à son répertoire le sacre du printemps, le boléro, l'Oiseau de feu. <P>Le Kabuki avait déjà été présenté au Palais des Congrès, il y a quelques années. C'est un ballet difficile à comprendre si on n'a pas lu l'argument avant. Cette oeuvre suit une histoire médiévale japonaise typique, dans laquelle un héros contemporain, se retrouve projetté dans le passé. Quelques scènes fortes émaillent ce ballet comme l'attaque du chateau et la scène du sepuku final de l'ensemble du corps de ballet masculin. A l'époque Eric Vu An interprétait le héros en alternance avec un danseur du Tokyo ballet.<P>Ce sera donc un festival de danse résolument orienté vers la danse du XXe siècle.<P><p>[This message has been edited by Cathy (edited September 13, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Mon Jul 23, 2001 5:40 pm 
Offline

Joined: Sun Jun 11, 2000 11:01 pm
Posts: 4753
Location: Montreal, QC, Canada
Merci pour les infos Cathy. <P>Voilà, plus des infos pratiques: <P>Nouveau Festival de Danse de Paris <A HREF="http://www.nfidp.org/festival/" TARGET=_blank>http://www.nfidp.org/festival/</A> <P>Théâtre du Châtelet: <A HREF="http://www.chatelet-theatre.com/" TARGET=_blank>http://www.chatelet-theatre.com/</A> <P> Image <BR><font size=1>Alvin Ailey American Dance Theater</font>


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Tue Aug 14, 2001 3:07 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
[img]http://www.nfidp.org/Images/images_fest_ailey/grace.jpg"[/img] <BR><font size=1>Grace, Alvin Aily Dance Company </font><P>Le site du Nouveau festival international de danse s'est considérablement enrichi entre photos, arguments des ballets, portraits des directeurs de troupe ou des chorégraphes, un site qui vaut le détour.<P><a href="http://www.nfidp.org/festival/"target="_blank"<B>Le site officiel, pour en savoir plus</B></a><P><BR>Réservation<P>• par téléphone : 01 40 28 28 40<BR>• par minitel : 3615 Châtelet<BR>• par internet : <A HREF="http://www.chatelet-theatre.com" TARGET=_blank>www.chatelet-theatre.com</A> <BR> <BR>Prix des places<BR>295 FF, 240 FF,165 FF, 100 FF, 55 FF <P><a href=http://www.nfidp.org/festival/info_prat.htm"target="_blank"<B>Location et infos pratiques</B></a>

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Tue Sep 04, 2001 3:25 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Le 4 septembre avait lieu la conférence de presse du Nouveau Festival International de danse de Paris en présence de sa Présidente Madame Jacques Chirac.<P><BR>Le NFDIP de Paris, est cette année en résidence au Châtelet. Depuis 1995 et la venue du NYCB, la manifestation s'était tenue au Théâtre des Champs Elysées. <P>Cette édition du NFIDP permettra de revoir les deux grandes troupes que sont l'Alvin Ailey American Dance Theater et le Tokyo Ballet, et de découvrir pour la première fois en France, le Ballet du Théâtre National de Praque qui présentera son programme consacré à Kylian. <P>La location pour cette manifestation a ouvert le 4 septembre 2001. <P>Les premières de chaque spectacles sont des soirées de gala à tarif majoré. <BR>Par ailleurs, le NFIDP a voulu mettre en avant une politique pour les jeunes. <BR>La matinée du 7 octobre 2001 du 1er spectacle d'Alvin Ailey devient semble-t'il une matinée réservée à ceux-ci. De même qu'une répétition publique, aura lieu le 3 octobre en présence de Judith Jamison, directrice de l'Alvin Ailey Dance Theater, pour la jeunesse défavorisée. Elle souhaite familiariser celle-ci avec le language chorégraphique particulier d'Alvin Ailey.<P>Judith Jamison a mis l'accent sur le côté tradition avec la reprise de Revelations et l'avance dans le 21e siècle avec Grace et Following the Subttle Current Upstream. Elle espérait servir "un repas savoureux" au public français.<P><BR>Le programme du Ballet du Théâtre National de Prague a légérement changé. En effet en lieu et place d'Evening Songs, nous verrons le fameux Return to a Strange Land, sur une musique de Janacek.<BR>Ce spectacle tient particulièrement à coeur à Vlastimil Harapes, Directeur artistique du Ballet National de Prague. En effet, c'est certainement sa dernière saison à la tête de cette compagnie. La direction de l'Opéra de Prague a changé et tous les directeurs artistiques y compris celui du ballet vont être remerciés. Cela faisait 12 ans qu'il était à la tête de cette compagnie. Et il était fier de présenter un spectacle de Jiri Kylian, ami d'enfance, le chorégraphe tchèque sera pour la première fois dansée en France par une compagnie tchèque. Ce sera également un Hommage au compositeur Leo Janacek. "C'est un challenge de présenter ces chorégraphies vu que de nombreuses compagnies ont ces oeuvres à leur répertoire". Le Ballet du Théâtre national de Prague a également une chorégraphie d'Alvin Ailey à son répertoire.<P><BR>Quant au Tokyo Ballet, il présentera pour la deuxième fois à Paris, Kabuki inspiré de la légende des 47 samourais et qui montre l'amour de Maurice Béjart pour l'Orient et pour cette compagnie, qui est la seule à avoir les droits du Sacre du printemps et du Boléro.<P>Le programme du Festival International de Danse de Paris est intéressant, seule ombre au tableau, la prochaine édition risque d'être remise en cause faute du changement de majorité intervenue à Paris lors des dernières municipales. Espérons qu'il n'en saura rien et que Bertrand Delanoé qui a laissé Madame Jacques Chirac, présidente de ce Festival, lui permettra de continuer son oeuvre en faveur de la danse.<P><p>[This message has been edited by Cathy (edited September 13, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Mon Sep 10, 2001 4:53 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
<B>Nouveau festival international de danse : Ailey, le Ballet de Prague, Béjart</B><P> <BLOCKQUOTE><font size="1" face="Verdana, Arial">quote:</font><HR><BR>PARIS, 8 sept (AFP) - Alvin Ailey, Jiri Kylian et Béjart sont au programme du Nouveau festival international de danse, qui occupera la scène du Châtelet à Paris en octobre.<P>La compagnie de l'américain Alvin Ailey, dirigé depuis la mort du chorégraphe en 1989 par Judith Jamison, revient à Paris du 2 au 7 octobre, après cinq ans d'absence.<P>L'Alvin Ailey-American dance theater a choisi l'éclectisme pour ses deux programmes. Judith Jamison a repris des chorégraphies anciennes comme "Révélations" - Alvin ailey n'avait que 29 ans, en 1960, lorsqu'il réalise cette pièce centrale de son répertoire - ou "Pas de Duke" (Ellington, bien sûr) de 1976, ...<HR></BLOCKQUOTE><P><BR><a href="http://fr.news.yahoo.com/010907/1/1lkn2.html"target="_blank"<B>Plus d'infos</B></a><P><BR><p>[This message has been edited by Cathy (edited September 10, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Wed Sep 19, 2001 5:31 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
<font size=+0,5><B>Présentation de l'Alvin Ailey American Dance Theater</B></font><P><BR>Alvin Ailey, American dance Theater a annulé sa tournée à Londres mais a confirmé sa participation au Nouveau Festival International de Danse de Paris du 2 au 7 octobre prochains.<P>Cette compagnie qui n'est pas venue à Paris depuis un certain temps, présentera deux programmes avec l'oeuvre culte d'Alvin Ailey, <a href="http://www.nfidp.org/festival/contenu_revelations.htm"target="_blank"<I>Revelations</I></a> qui sera présentée dans les deux programmes. <BR>Ce ballet oeuvre de jeunesse d'Alvin Ailey prend ses racines dans les chants traditionnels noirs-américains. Les dix séquences de ce ballet sont regroupées en trois tableaux : Pilgrim of Sorrow, Take me to the Water et Move, Members, Move.<BR>Revelations est une suite de danses exécutées sur des musiques religieuses qui se veut une Evocation de la ténacité afro-américaine.<P>Le premier programme (2, 6 et 7 octobre 2001) est plus tourné vers le futur avec <a href="http://www.nfidp.org/festival/contenu_grace.htm"target="_blank"<I>Grace</I></a> de Ronald K Brown. Ce ballet est un mélange de hip-hop mouvement et de danse africo-brésilienne alliant les musiques traditionnelles aux contemporaines.<P><a href="http://www.nfidp.org/festival/contenu_following.htm"target="_blank"<I>Following the subbtle current upstream</I></a> d'Alonzo King permet aux danseurs de donner libre cours à leur étonnante agilité et à leur force corporelle phénoménale.<P><BR> Image <BR><font size=1><I>Bad Blood</I>, Alvin Ailey Dance Company</font><P>Le deuxième programme (3, 4 et 5 octobre 2001) permettra de revoir le fameux <a href="http://www.nfidp.org/festival/contenu_pas_de_duke.htm"target="_blank"<I>Pas de Duke</I></a>, hommage au pas de deux classique créé par Judith Jamison et Michael Baryshnikov, en aout 1976 pour le bicentennaire de l'indépendance des USA.<P>La compagnie présentera également <a href="http://www.nfidp.org/festival/contenu_divining.htm"target="_blank"<I>Divining</I></a> première oeuvre chorégraphiée par Judith Jamison en 1984 à la demande de son mentor Alvin Ailey. La danse ritualisée s'appuie sur une partition qui mêle rythmes nord -africains, latins et centrafricains.<P>Ce deuxième programme nous permettra également de voir une chorégraphie d'Ulysse Doves, <a href="http://www.nfidp.org/festival/contenu_bad_blood.htm"target="_blank"<I>Bad Blood</I></a> qui montre l'image : une passion brûlante, traitée avec froideur et la sensation : les nerfs mis à vif présentés sous nos yeux avec une précision hors pair.<P>Ce programme se terminera sur <a href="http://www.nfidp.org/festival/contenu_revelations.htm"target="_blank"<I>Revelations</I></a> .<P><BR><p>[This message has been edited by Cathy (edited October 05, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Mon Oct 01, 2001 3:21 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
<font size=+0,5><B>Présentation du Ballet du Théâtre National de Prague - Soirée Kylian</B></font><P>Le Nouveau Festival International de Danse a une programmation à la fois riche et inédite. En effet, après la visite d'Alvin Ailey, la Capitale va accueillir, pour la première fois, le ballet du Théâtre National de Prague.<P>Cette compagnie jeune, dirigée par Vladimir Harapes, 24 ans en moyenne, est formée essentiellement de danseurs tchèques issus du conservatoire national, même si des recrues étrangères gonflent ses rangs depuis peu. <P> Image <BR><font size=1>L'Enfant et les sortilèges, Ballet de Prague</font><P>Le répertoire est à la fois classique avec des ballets comme Le Lac des Cygnes, Casse-Noisette, la Belle au bois dormant, etc. mais également des chorégraphes contemporains comme BaLanchine, Limon, Alvin Ailey et naturellement Jiri Kylian. C'est d'ailleurs avec ce chorégraphe que la troupe veut se faire connaître à Paris.<P>Le ballet de Prague a été créé en 1883. Pour cette tournée, 35 danseurs évolueront au cours d'une soirée en Hommage au chorégraphe tchèque, Jiri Kylian, avec Return to a strange Land, l'Enfant aux sortilèges et Sinfonietta. <P>Il tenait particulièrement à coeur de Vladimir Harapes, directeur artistique de la compagnie, de présenter des chorégraphies de l'enfant du pays. C'est en effet pour lui une forme particulière de challenge que de montrer sa troupe dans des pièces où les plus prestigieuses troupes ont eu l'occasion de faire leur preuve. Mais c'est également l'occasion de montrer un chorégraphe tchèque dansé par des tchèques donc avec une sensibilité particulière.<P>Le directeur artistique a d'ailleurs tenu à remercier la mère de Jiri Kylian pour le soutien qu'elle apporte à la troupe. Elle assiste à toutes les représentations, et l'année prochaine doit être organisée une soirée exceptionnelle pour ses 90 ans. De plus il a la caution Kylian qui vient lui-même apporter la touche finale aux répétitions.<P>Nous verrons ainsi Return to a strange Land sur une musique de Leos Janacek, la fameuse illustration de l'Opéra en un acte de Ravel, l'enfant et les sortilèges avec ses tasses, horloges qui dansent ou encore ses chats et ses écureuils. Ce ballet est dédié à sa mère.<P>Enfin la soirée se terminera sur Sinfonietta sur une musique de Leos Janacek, oeuvre considérée comme une ode à la danse où ensemble alterne avec pas de deux, dans la plus pure tradition kylianesque.<P>Une soirée inspirée de la tradition tchèque, dansée avec la sensibilité nationale et donc à ne manquer sous aucun prétexte, <P><BR>du 9 au 12 octobre 2001, à 20h<P><p>[This message has been edited by Cathy (edited October 17, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Thu Oct 04, 2001 1:02 pm 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
<font size=+0,5><B>Alvin Ailey American Dance Theater <BR>Deuxième programme, 4 octobre 2001</B></font><P>Programme :<BR>Divining - chor. Judith Jamison, Pas de Duke - chor. Alvin Ailey, Bad Blood - chor. Ulysse Doves, Revelations - chor. Alvin Ailey.<P><BR><B>Harmonie, Tradition et Révélation</B><P>Le Nouveau Festival International de Danse de Paris accueille la troupe d'Alvin Ailey pour deux programmes. Si le premier programme semble tourné vers les créations actuelles de la troupe, exception faite de Revelations, ce second programme est constitué comme un hommage à ceux qui ont fait l'American Dance Theater. <P>Toutes les oeuvres sont très liées à la personnalité du chorégraphe Alvin Ailey et de ses disciples, avec son goût pour la musique traditionnelle, les solos masculins vigoureux, les danses ondulantes féminines. Tout est complètement ancré dans la culture noire-américaine et ses racines africaines, que ce soit dans la musique, ou la chorégraphie. La chorégraphie présente toujours un mélange de danse "traditionnelle" basée sur la danse traditionnelle africaine, mélangée au plus pur style néo-classique et à la danse Jazz. <P>Le programme présentait quatre oeuvres en complète harmonie. Oeuvres du maître, de sa muse ou de son élève. Chaque oeuvre est soigneusement étudié dans ses éclairages.<P> Image <BR><font size=1>Divining, Alvin Ailey Dance Theater</font><P>La soirée s'ouvre par <I>Divining</I>, première oeuvre chorégraphiée par Judith Jamison, la muse d'Alvin Ailey et l'actuelle directrice de la troupe. Sur une musique de percussions africaine et sur fond de décor évoquant au départ quelque élitre d'un insecte, puis la jungle, ce ballet évoque l'arrivée de "pélerins" sur une sorte de terre promise qui est bénie et peut alors être colonisée. L'oeuvre évoque dans sa chorégraphie les danses tribales africaines, on admire le contrôle et la retenue des mouvements de Jeffrey Gerodias.<P>Vient ensuite le fameux <I>Pas de Duke</I>. Ce pas de deux créé en 1976 pour Judith Jamison et Michael Baryshnikov évoque irresistiblement les pas de deux classiques dans sa construction avec entrée rythmée, adage langoureux, variations masculine et féminine et enfin coda où les deux protagonistes rivalisent de technique sur la musique de Duke Ellington. Bahyiad Sayyed et Cliffton Brown en sont les brillants interprètes. Si les pas de deux ne comportent aucun porté, on retrouve un langage très classique dans la variation masculine avec grands jetés, tour en l'air, etc. Là encore on admire la fluidité des mouvements et la virtuosité de Cliffton Brown.<P>La deuxième partie est constituée par <I>Bad Blood</I> d'Ulysse Doves, ex-danseur de la troupe devenu chorégraphe et qui retrouve les thèmes chers à son maitre, à savoir des solos masculins tout en retenue, en contrôle des équilibres mais aussi en force. <BR>Le décor est simple, devant un fond noir où se détache des cordons blancs, un homme évolue devant un banc, il est bientôt rejoint par trois couples de danseurs. On admire dans ce solo, Vernard J. Gilmore qui est parfait dans sa variation tout en équilibre, contrôle, retenue. Le ballet évoque l'amour passionnel avec trois pas de deux tout en puissance, où les danseuses prennent des risques incroyables dans les bras de leurs partenaires. C'est une ode au dynamisme, à la passion et à la force.<P>La soirée s'acheve sur le ballet culte d'Alvin Ailey, <I>Revelations</I>. Sur une musique composée de plusieurs négro-spirituals, le ballet se compose de trois parties, la première partie "Pilgrim of Sorrow" est austère et évoque les pélerins.<BR>Le pas de deux "Fix me Jesus" révèle une très belle danseuse Wendy White Sasser. <BR>La deuxième partie "Take me of the water" semble évoquer le sud des Etats Unis avec les danseuses en longues robes blanches, le tableau est superbe avec les voiles évoquant la rivière, la danseuse et son ombrelle immense et sa luminosité.<BR>La troisième partie "Move, member move" s'ouvre sur un pas de trois où les danseurs rivalisent de technique, sauts ahurissants, vitesse d'exécution, souplesse, William Isaac, Dion Wilson et Guillermo Asca en sont les brillants interprètes. Les trois derniers chants rassemblent danseuses en robes longues jaunes et éventails et corps de ballet masculin. Ces danses semblent montrer la joie des noirs "devenus" américains. Celle-ci atteint son paroxysme dans le fameux "Rocka my soul".<P>La troupe recueille un énorme succès public et parfois on a plus l'impression de se trouver à un concert "pop" qu'à un spectacle de ballets. En effet tout y contribue, entre battements de mains pour scander le "Rocka my soul", "ooooh" enthousiastes remplaçant les traditionnels bravos, et tapements de pieds. <BR>C'est vrai qu'aux USA, les noirs américains ont l'habitude de chanter ensemble, dans les églises, les negro-spirituals, mais dans une salle de spectacles parisienne, cela surprend.<P>Certains spectateurs font même une standing ovation spontanée. Devant cet accueil, la troupe a bissé le "Rocka my soul" devant un public en délire.<P>Bref c'est une soirée de très haut niveau où l'on admire la puissance et le dynamisme des danseurs, leurs silhouettes magnifiques, le contrôle absolu de leurs mouvements, leur souplesse extrème, qui les fait souvent ressembler à des félins. L'expression des danseuses semble plus limitée mais elles ont elles aussi une merveilleuse manière de bouger. Tous ces ballets ont également un côté très sensuel de par la gestuelle utilisé dans leur pas de deux. De très grands artistes au service de leur maître et des disciples d'Alvin Ailey.<BR><p>[This message has been edited by Cathy (edited October 10, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Sat Oct 06, 2001 8:45 am 
Offline

Joined: Sun Jun 11, 2000 11:01 pm
Posts: 4753
Location: Montreal, QC, Canada
Dominique Frétard - Le Monde, 10.06.01:<BR> <BLOCKQUOTE><font size="1" face="Verdana, Arial">quote:</font><HR><B>Les leçons de vie et de style de l'Alvin Ailey American Dance Theater</B><P>Les danseurs ? De pures merveilles qui montrent une autre manière d'aborder la danse, tant ils combinent, avec vigueur et délicatesse, un héritage croisé : l'esprit et la technique de Lester Horton, un des fondateurs de la danse noire contemporaine, auprès duquel Alvin Ailey apprit, à Los Angeles, les danses fondées sur l'ethnologie africaine, caribéenne, mais aussi amérindienne. Sans compter les apports de la danse jazz. Et assez visible : l'influence de Martha Graham. <HR></BLOCKQUOTE><B>pour en savoir plus</B><BR>


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Sun Oct 07, 2001 3:01 am 
Offline

Joined: Sat Sep 01, 2001 11:01 pm
Posts: 32
Location: Paris - France
J'ai vu le 2ème programme (plus "classique") et je suis tout à fait d'accord avec Cathy, c'était superbe!<BR>Notamment, le "pas de Duke" où Linda Denise Evans a une présence sur scène et un charisme incroyable. <BR>Et aussi, à la fin où on se croyait dans une comédie musicale de Broadway !...<BR>Le niveau de toute la troupe est vraiment bon techniquement, par contre, j'étais un peu déçue des mouvements d'ensemble qui manquaient un peu ... d'ensemble (de synchronisation), surtout dans "Divining" alors que c'est d'habitude plutôt une force chez les troupes américaines...


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Sun Oct 07, 2001 3:45 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
J'ai été "choquée" également par le manque d'ensemble pourtant si cher aux troupes américaines, que ce soit dans Divining ou dans Revelations. <P>Par contre les solistes étaient magnifiques, je regrette toutefois n'avoir vu Matthew Rushing que dans le solo de Révélations même s'il était parfait j'aurais aimé le voir plus danser. En effet il est présenté comme l'héritier du vétéran Dudley William.<p>[This message has been edited by Cathy (edited October 07, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Sun Oct 07, 2001 11:42 am 
Offline

Joined: Sun Jun 11, 2000 11:01 pm
Posts: 4753
Location: Montreal, QC, Canada
Cathy, en référence de <I>Revelations</I>, je ne pense pas que c'est comme "un concert pop," mais plustôt comme un "spiritual." C'est normale dans des églises africaines-américaines de se lever et battements de mains et de chanter. Des interprètes ne sont pas des noirs "devenus américains," ils<BR> sont des gens célébrant Dieu. Lit la critique de Trina dans les criques de Criticaldance:<P> <BLOCKQUOTE><font size="1" face="Verdana, Arial">quote:</font><HR>the dance really seems to be about reverence..religious reverence, spiritual reverence, a feeling of transcending all earthly worries and cares. <HR></BLOCKQUOTE> <A HREF="http://www.criticaldance.com/reviews/ailey-010225.html" TARGET=_blank>http://www.criticaldance.com/reviews/ailey-010225.html</A> <BR><p>[This message has been edited by Marie (edited October 07, 2001).]


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Sun Oct 07, 2001 12:12 pm 
Offline

Joined: Sun Jun 11, 2000 11:01 pm
Posts: 4753
Location: Montreal, QC, Canada
<BLOCKQUOTE><font size="1" face="Verdana, Arial">quote:</font><HR>La chorégraphie présente toujours un mélange de danse "traditionnelle" mélangé au plus pur style néo-classique. <BR><HR></BLOCKQUOTE><P>...et que pensez-vous au sujet des influences de la danse jazz et la danse moderne de Martha Graham, comme décrit par Dominique Frétard dans Le Monde? Image


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Sun Oct 07, 2001 9:18 pm 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Connaissant mal Martha Graham, je ne vois pas les influences de son style de plus le journaliste du Monde a vu un programme différent de celui que j'ai vu qui semble être plus "classique". Par contre il est évident que la danse jazz est utilisée dans les ballets, je pensais traditionnelle dans le côté "ethnique" africaine.<P>Effectivement dans les églises, les gens battent des mains lors des Gospels, mais cela semble curieux Image quand on entend cela dans un théâtre comme le Chatelet. Et je trouvais cela déplacé dans un théâtre, comme beaucoup de gens du public, peut-être traditionnaliste, mais qui aiment voir une oeuvre tranquillement. Cette ambiance "bon enfant" ne colle pas à un spectacle de ballets, tout enthousiasmant qu'il soit. J'ai beaucoup aimé le spectacle, c'était la première fois que je voyais du Alvin Ailey "live" mais je n'avais pas envie de participer de cette manière "bruyante" et "déplacée" dans un théâtre naturellement -)<p>[This message has been edited by Cathy (edited October 07, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Nouveau Festival de Danse de Paris - Théâtre du Châtelet
PostPosted: Wed Oct 10, 2001 3:41 am 
Offline

Joined: Thu May 31, 2001 11:01 pm
Posts: 133
Location: Paris
Image <BR><font size=1>Sinfonietta, Ballet de Prague</font><P><B>LE TRIOMPHE DE KYLIAN, représentation du 9 octobre 2001</B><P>Hier a eu lieu la première du programme Kylian par le ballet de Prague en présence de Madame Chirac et de nombreuses personnalités de la danse. Pour beaucoup de spectateurs la compagnie était inconnue et cetains ont pu être désorientés par le physique des danseuses et le niveau technique assez inférieur à ce que l'on a l'habitude de voir, et de fait, l'accueil a été assez froid. Je m'y attendais un peu vu que la troupe m'avait beaucoup déçue dans le kitchissime Casse-Noisette de Grigorovitch. L'intérêt de la soirée résidait surtout dans les chorégraphies de Kylian.<P><I><B>L'Enfant et les sortilèges</I></B><P>Kylian a été courageux de mettre en danse le poème de Colette, mais la complexité de l'histoire, l'utilisation de la partition chantée de Ravel sont des obstacles à mon avis insurmontables pour un ballet et si celui de Kylian possède quelques bonnes idées on ne peut s'empêcher de s'ennuyer tout du long. Il y a en fait très peu de danse, surtout de la scénographie ce qui rend d'autant plus étrange le silence des danseurs qui jouent exactement en fonction des paroles chantées ; je crois que l'on touche là à la fameuse controverse de savoir si on peut danser sur du chant lyrique. La chorégraphie suit l'ordre exact du livret et nous avons donc en scène tous les personnages bien connus. Par ordre d'apparition :<BR>- la mère assez caricaturale qui ne fera qu'une brève apparition au début ,<BR>- le chat gris et la chatte rousse affublés de costumes un peu ridicules avec longue queue que l'on verra dans un joli pas de deux qui ne peut que faire penser à celui de La Belle au bois dormant ,<BR>- le fauteuil et la chaise sont animés par des danseurs placés dans leur structure et le résultat est plein d'humour puisque la chaise est un danseur sur pointes et on ne voit du danseur fauteuil que sa tête tantôt bonne vivante tantôt grotesquement menaçante envers l'enfant, Lubos Hain est parfait pour ce rôle exagéré.<BR>- L'horloge est composée de deux danseurs, l'un placé à l'intérieur chargé de la déplacer et l'autre personnifie le balancier arraché que l'on voit évoluer dans une courte variation qui ne met malheureusement pas du tout en valeur le lourd Jiri Vratil<BR>- la blanche tasse chinoise est incarnée par la charmante Michaela Wenzelova et son pas de trois avec l'enfant et la noire théière (un homme) est pimenté par le jeu de son ombrelle <BR>- On se réveille un peu avec le feu, sur pointes, la solide Heiko Sakamoto, qui évolue dans un pas de deux musclé avec la Cendre (un homme également).<BR>- on admire enfin le style de Kylian dans un frais pas de deux pieds nus interprétés par l'éclatante Susana Susova et le sûr Jurij Slipic que l'on reverra dans Sinfonietta.<BR>- le pas de deux entre le Prince et la Princesse, sorte de bonne fée de Pinocchio pour l'enfant, retombe dans la mièvrerie<BR>- la scène de l'arithmétique est amusante : un maître d'école tyrannise l'enfant devant un immense tableau noir qui termine crevé par de nombreuses mains armées de craies.<BR>A ce stade, le décor s'envole et la scène redevient nue avec une toile de fond bleue féérique : le jardin. <BR>- un oiseau sur pointes au visage très maquillé est entouré de trois lourds "papillons de nuit " dans des pas très conventionnels .<BR>- quasiment même costumes et chorégraphie une libellule (sur pointes) accompagnée de deux autres danseurs<BR>- on tombe dans le plus parfait ridicule avec trois grenouilles, les danseurs en ont tous les attributs, des doigts palmés à la tête ;<BR>ils animent grotesquement la fin du ballet.<BR>- La scène finale avec l'écureuil réveille le spectateur : on amène un mannequin énorme aux traits de la mère, qui dépasse de 5 fois l'enfant, les personnages en scène lui enlèvent le tronc, et la structure qui faisait office de crinoline se révèle être une grande cage abritant l'écureuil (l'exagérée Sylva Drabkova avec dans son dos une queue en panache, et oui ...) et cette cage roulante devient en quelque sorte un personnage puisque l'enfant déplace l'écureuil en dansant avec lui, les personnages sylvestres s'en servent retournée pour bercer l'enfant qui a " pansé la plaie " etc... jusqu'à la fin où le corps de ballet lui remet le tronc du mannequin-mère et l'enfant escacalade alors sa mère pour s'adonner à sa tendresse jadis repoussée ...<BR>Globalement, le ballet fait assez patronnage ou spectacle d'école de danse, mais comment peut-il en être autrement avec ce livret qui à mon avis ne supporte que la version chantée ? Il aurait fallu une relecture totale pour intéresser. J'oubliais Andrea Kramesova au physique idéal pour l'enfant, artistiquement crédible (touchante dans sa peur ou drôle dans son obstibnation) mais le rôle n'est quasimment pas dansé. A mon avis, le ballet n'a en fait plu qu'aux quelques enfants présents dans la salle .<P><BR>Heureusement, les deux oeuvres suivantes sont d'une exceptionnelle qualité :<P><B><I>Return to a Strange land</B></I><P>Ce ballet est tout simplement GENIAL. Dans une atmosphère nocturne à la Robbins sur de mélancoliques pièces pour piano de Janacek, évoluent deux danseuses sur pointes et quatre danseurs en duos et trios. On est abasourdi par la beauté et l'inventivité des enchaînements d'une force plastique et émotionnelle indescriptible et c'est là qu'on reconnaît LE génie : j'ai ressenti une impression similaire à celles de mes découvertes de chefs-d'oeuvres balanchiniens ou robbinsiens. Le temps s'arrête mais on a l'impression que le ballet n'a duré que quelques secondes tellement il nous prend. La qualité décevante des danseurs n'enlève heureusement rien au chef d'oeuvre ; c'est surtout les filles qui sont gênantes, les hommes sont massifs mais bons porteurs et sauteurs. Tereza Podarilova (danseuse brune) assez charpentée manque de légèreté tandis que Marie Hybesova (danseuse bleue) un peu plus menue est plus agréable à regarder (plus de souplese et d'élévation) mais a un problème de placement du dos.<P><B><I>Sinfonietta</B></I><P>Je découvrais ce petit bijou de légèreté et de fraîcheur moins profond que le précédent ballet mais tout aussi intéressant par le rythme soutenu des entrées et des sorties au gré de la très belle symphonie de Janacek, par les enchaînement astucieux, le climat national perceptible etc. La pose finale très connue avec les danseurs, levant progressivement les bras en V, quoique simple est d'une grande force. Le ballet de Prague est plus mis à son avantage : il faut reconnaître la solidité des danseurs, assez puissants, parfaitement ensemble sur le premier mouvement qui sert un peu de refrain puisqu'on le revoit sur la fin. On est moins gêné par le physique des filles à cause des robes, elles sont assez entousiastes et modestes, et j'ai remarqué une petite brune à la robe bleue foncée au physique plus habituel, très inspirée, je pense que c'est Tereza Podarilova. Le public a été légèrement plus chaleureux pour ce ballet mais ne s'est pas beaucoup attardé.<P>Globalement, la soirée a été exactement telle que je me l'imaginais : un Enfant difficilement transposable en ballet où on voyait plus des acteurs que des danseurs, et deux chefs-d'oeuvres un peu gâchés par la troupe que l'on rêverai de voir donnés par une compagnie plus solide (Return serait un immense bonheur par nos danseurs de l'Opéra ...).<P><p>[This message has been edited by Cathy (edited October 17, 2001).]


Top
 Profile E-mail  
 
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 31 posts ]  Go to page 1, 2, 3  Next

All times are UTC - 7 hours [ DST ]


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 3 guests


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
The messages in this forum are posted by members of the general public and do not reflect the opinions or beliefs of CriticalDance or its staff.
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group