public forum
home forum magazine gallery links about faq courtesy
It is currently Wed Jul 23, 2014 10:22 pm

All times are UTC - 7 hours [ DST ]




Post new topic Reply to topic  [ 16 posts ]  Go to page 1, 2  Next
Author Message
 Post subject: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Mon Jul 23, 2001 5:51 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Image <BR><font size=1>Lac des Cygnes - Bayerisches Staastballet Munich<BR>Maria Eichwald, Alen Bottaini</font><P>Les 22, 23 et 24 septembre prochains aura lieu au Théâtre des Champs Elysées, le troisième gala des Etoiles du XXIe siècle organisé à Paris (après Toronto en 1996 et 1997, Paris en 1998, Cannes 1999, New York et Paris en 2000, New York en février 2001).<P>Des modifications sur les participants ont été apportés par rapport à la première annonce du théâtre. En effet Tamaja Rojo et Johann Kobborg notamment ne viennent pas. <P><BR>Les danseurs qui se produiront sont les suivants : <BR><B>Lucia Lacarra et Cyril Pierre</B> - San Francisco Ballet<BR><B> Katherine Crockett</B> - Martha Graham Company<BR><B>Fernanda Diniz, Roberta Marquez et Thiago Soares</B>- Theatro communal de Rio de Janeiro<BR><B> Dmitri Goudanov</B> - Bolchoi Ballet<BR><B> Maria Eichwald et Alen Bottaini</B> - Ballet de l'Opéra de Munich<BR><B> Irina Dvorenko et Maxim Belotserkovsky</B> - ABT<BR><B> Pilar Alvarez et Claudio Hoffmann </B> - Tango Metropolis de Buenos Aires.<P>Le programme composant ces soirées est composée essentiellement d'oeuvres néo-classiques et contemporaines. Celui-ci est communiqué sous réserve de modifications.<P>La première partie devrait se composer de :<P><I><B>Light Rain</I></B> (Adam, Gauthier - Arpino) : Lucia Lacarra, Cyril Pierre <BR>Gerard Arpino fut danseur étoile à la première troupe organisé par Robert Joffrey de 1954 à 1964 puis au New York City Opera de 1957 en 1962. Il se tourne vers la chorégraphie en 1961. En 1965 , il devient directeur ajoint du Joffrey Ballet et remplace Robert Joffrey, à sa mort en 1988, à la direction artistique.<P><I><B>Incense</I></B> (Loomis, Saint-Denis) : Katherine Crockett.<BR>Incense fait partie d'une suite indienne avec Radha, The Cobras, Nautch et Yogi. Ce solo est un hommage aux danses rituelles indiennes. Katherine Crockett est étoile de la Martha Graham Company depuis 1993.<P><I><B>Lost and Found</I></B> (Gorecki, Gal - Musin) : Fernanda Diniz, Roberta Marquez, Thiago Soares.<BR>Les deux oeuvres présentées par les étoiles du Théâtre municipal de Rio de Janeiro sont de Nicolas Musin qui mène une double carrière de danseur et de chorégraphe.<P><I><B>Entre Dos</I></B>(Binelli) : Pilar Alvarez, Claudio Hoffmann. <BR>Cette chorégraphie a obtenu le premier Viva 2000, décerné en Israel et marque l'évolution du tango dans les temps modernes.<P>"Sagi Musume", extrait de <I><B>Dreams about Japan</I></B> (Eto, Ratmansky) : Dmitri Goudanov. <BR>Celui-ci a reçu le 1er prix du 8e concours international de Danse de Paris en 1998<P><I><B>La Dame aux Camélias</I></B>, pdd (Chopin, Neumeier): Maria Eichwald et Alen Bottaini<P><I><B>Le Lac des Cygnes</I></B> "Cygne noir" pdd, (Tchaïkovsky, Petipa) : Irina Dvorovenko et Maxim Belotserkovsky<P>2e partie<P><I><B>Lamentation</I></B> (Kodaï, Graham) : Katherine Crockett. Fameux solo de trois minutes.<P><I><B>Lampo</I></B> (Albinoni, Musin) : Roberta Marques et Thiago Soares<P><I><B>Le Lac des Cygnes</I></B> "Cygne blanc" pdd : Lucia Lacarra et Cyril Pierre<P><I><B>La Cumparsita</I></B> (Rodriguez) : Pilar Alvarez et Claudio Hoffmann<P>"Farewell" - extrait de <I><B>The Wall</I></B> (Mozart, Chimengilly) : : Irina Dvorovenko et Maxim Belotserkovsky<P><I><B>Don Quichotte</I></B>, pdd : Maria Eichwald et Alen Bottaini.<P>Ce programme se veut solidement ancré dans la tradition avec les incontournables Don Quichotte, et Lac des cygnes mais également tournée vers le présent que ce soit dans le tango, ou dans la chorégraphie contemporaine avec des oeuvres méconnues en France de chorégraphes tels Ruth Saint Denis, Gérard Arpino.<P><BR>Les spectacles auront lieu les <B>22 et 24 septembre à 20h00, le 23 septembre 2001 à 17h00</B>.<P><a href="http://www.theatrechampselysees.fr/html/danse/danse_ct1.html"target=_blank"<B>Informations Pratiques</B></a><P>Renseignements et réservation :<BR>Tél. : +33 (0)1 49 52 50 50 <BR>A partir du 27 Août 2001, de 10h à 12h et de 14h à 18h, du lundi au vendredi sauf jours fériés<BR>Internet : <A HREF="http://www.theatrechampselysees.fr" TARGET=_blank>www.theatrechampselysees.fr</A> <BR><p>[This message has been edited by Cathy (edited September 26, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Mon Jul 23, 2001 6:06 am 
Est-ce que ce gala fait partie du Festival de Danse qui a lieu a Paris chaque autonne? En 1999, le ABT etait le troupe principale du Festival.<p>[This message has been edited by Kevin Ng (edited July 23, 2001).]


Top
  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Mon Jul 23, 2001 7:58 am 
Offline

Joined: Wed Mar 28, 2001 12:01 am
Posts: 178
Je trouve que cette festival est devenue moins interessants chaque annee. Le probleme est notamment avec les choix des danseurs.<BR>C'est presque la meme genre de danseurs chaque annee!! Pour quoi pas Pierre Francois Vilanoba de SFB? Lisa Maree Cullem de l'Opera Ballet du Munich? Massimo Murru de La Scala Ballet? Madame Tencer devrait choisir les danseurs plus interessants...et pas seulement par leur "noms."


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Mon Jul 23, 2001 8:39 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Ce gala ne fait absolument pas partie du Festival international de Danse, mais est une manifestation annuelle qui comme le souligne Terry manque de plus en plus d'intérêt. <BR>Pourquoi aucune étoile de l'Opéra de Paris n'est-elle présente ? <BR>Pourquoi ne pas inviter des danseurs comme Roberto Bolle, Massimo Murru, les frères Bubenicek, ou autres étoiles du Hamburg Ballet. Pourquoi aucune étoile du Kirov ? Pourquoi ne pas faire venir un couple danois ? un couple du NYCB ?<P>Il eut été intéressant comme je le soulignais de découvrir Tamaja Rojo qui semble fort appréciée du public anglais mais que l'on a jamais vue en France. C'est vrai qu'il aurait été également bien de revoir Pierre-François Vilanoba avec une autre danseuse du SFB. <P>Le terme étoile semble perdre son sens, quand on voit que les premières manifestations de ce genre réunissaient Guillem, Makarova, Schaufuss, Plissetskaia, Maximova, Vassiliev, Legris, Khalfouni, Vu An, etc., il y a une déperdition dans le qualitatif et le quantitatif, car ce n'était pas trois soirées avec une seule distribution qu'on nous offrait dans le temps, mais une distribution par soirée, avec des étoiles prestigieuses tous les soirs.<p>[This message has been edited by Cathy (edited July 23, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Tue Jul 31, 2001 12:30 pm 
Offline

Joined: Fri Sep 15, 2000 11:01 pm
Posts: 214
Location: France
moi qui pensait y aller, je suis un peu découragée après avoir lu vos messages Image Pensez vous que ca vaille le coup d'y aller quand meme? Je suis une passionnée de danse, et très connaisseuse, donc très exigante! Comme je voudrai offrir des places à des personnes comme moi, je ne voudrai pas etre déçue...<BR>

_________________
"Une danse est un poème."
Passion Ballet


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Wed Aug 01, 2001 12:31 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Bonjour et merci Paquita pour tous vos commentaires sur les différents sujets. Un spectacle de danse est toujours intéressant, mais les étoiles de ce spectacle et le programme ne sont pas palpitants, évidemment il y a Lacarra et Pierre, que je connaissais avant, mais dont j'ai découvert l'étendue de leurs talents avec la venue du SFB en France (Voila une compagnie qui méritait le déplacement), Dvorovenko et Belotserkovsky mais dans des pdd "cirques". Le programme n'est pas excitant mais certains danseurs méritent peut-être d'être découverts, Fernanda Tavarez-Diniz était une danseuse assez extraordinaire lorsqu'elle était la partenaire de Boada au JBF. C'était un "monstre" de technique, fouettés doubles continus etc.<BR>Je ne peux pas vous inciter à ne pas y aller, il peut y avoir des choses intéressantes, mais c'est vrai que le programme aurait pu être plus alléchant.

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Sat Sep 22, 2001 1:21 pm 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
<font size=+1> ATTENTION, CHANGEMENT DE PROGRAMME</font><P>Etoiles invitées :<P>Lucia Lacarra, Cyril Pierre, San Francisco Ballet :<BR>- Light Rain de Gerard Arpino et Adagio for Strings (en lieu et place du cygne blanc) de Gérard-Michael Bohbot.<P>Fernanda Diniz et Bruno Cezario, Ballet du théâtre municipal de Rio <BR>- Solo "Someone to watch", chorégraphie : Nicolas Musin - Fernanda Diniz<BR>- Pas de deux "Lost and Found", Chorégraphie : Nicolas Musin<P>Katherine Crockett -Martha Graham Dance Company<BR>- And catch fish with my hand <BR>chorégraphie de Brenda Baden-Semper<BR>musique traditionnelle (Inde, Afrique)<BR>en lieu et place de Lamentation.<P>L'étoile du Bolchoi est remplacée par un couple de solistes du Kirov :<BR>- Elvira Tarasova et Andrei Batalov dans le pas de deux du Corsaire.<P>Le reste de la distribution et du programme demeure inchangé.<P><p>[This message has been edited by Cathy (edited September 23, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Sat Sep 22, 2001 2:24 pm 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
<font size=+0,5>Etoiles du XXIe siècle au théâtre des champs Elysées </font> <P><B>Dans un spectacle décevant : le triomphe de Lucia Lacarra, et une découverte Maria Eichwald</B><P><BR>Sous le titre pompeux, d'étoiles du XXIè siècle Nadia Veselova-Tencer propose au théâtre des Champs-Elysées un spectacle regroupant quelques noms connus des différentes troupes de ballets à travers le monde, comme l'ABT, le SFB, le Kirov, la Martha Graham Dance Company le ballet du théâtre municipal de Rio, ou encore le TANGO Metropolis de Buenos Aires.<BR>La soirée était dédiée à la mémoire des victimes des attentats de New York.<P>La soirée est déséquilibrée et mal composée, en effet à des oeuvres purement contemporaines succèdent tango ou oeuvres classiques académiques, sans transition aucune.<P>La première partie s'ouvrait sur The incense danse de Ruth Saint Denis interprétée par Katherine Crockett.Cette oeuvre mystique évoque l'Inde et un rituel de l'encens, mais est pauvre chorégraphiquement parlant, laissant juste à l'interprète, le soin de bouger magnifiquement ses bras. <P>De l'Inde, nous partions en Argentine, en effet après ce solo, venait un tango "Entre Dos" langoureux typique entre danseur macho et danseuse torride. Si les interprètes sont parfaits, ce style de danse ne correspond pas à l'attente d'une telle soirée et le public s'ennuie. <P>Le summum de l'ennui survient avec le solo "Someone to watch" réglé par Nicolas Musin pour Fernanda Diniz, la danseuse enfermée dans un piano, evolue autour de l'instrument, le caresse, s'éloigne, le rejoint pour finir seul sur le tabouret de piano situé à plusieurs mètres de l'instrument de musique. Si la danseuse est attachante et présente une forte personnalité , le ballet est creux, et la pauvre interprète en fait les frais en se faisant même huer.<P>Enfin la danse classique faisait son entrée avec le pas de deux du Cygne noir interprété par Irina Dvorovenko et Maxim Belotserkovksy (ABT). Danseuse russe typique, elle danse avec aplomb et technique, ce rôle. Lui, prince blond, est plus effacé, malgré un haut niveau technique, le tout semble froid et bien conventionnel.<P> Image <BR><font size=1>Maria Eichwald - La dame aux Camélias (Neumeier) - Ballet de Munich</font><P>Allait venir la révélation de la soirée, en effet, dans le pas de deux de La Dame aux Camélias de Neumeier, Maria Eichwald jeune étoile du Ballet de Munich incarne une Marguerite Gautier intense, sensible, bouleversante, et bouleversée, à ses côtés Alan Bottaini est un Armand attentif et passionné. Le pas de deux est magnifiquement interprété, avec ses portés audacieux, sa fougue, ces deux jeunes étoiles bavaroises ne devraient pas rester longtemps inconnues.<P><BR>A ce moment magnifique succédait un pur moment de rêve, Light Rain de Gérald Arpino interprété par Lucia Lacarra et Cyril Pierre. Ce pas de deux qui n'est pas sans évoquer Bakti de Maurice Béjart, de par sa musique à l'indienne, permet de voir la merveilleuse Lucia Lacarra (qu'on avait déjà admirée au printemps dernier lors de la tournée du SFB à Paris dans Prism ou Othello) et dont on admire la souplesse, les six'o clock parfaites, la somptuosité des lignes, la maitrise de son corps, la grâce qui émane de tous ses gestes et la parfaite complicité qui ressort dans le pas de deux. Cyril Pierre est un partenaire attentif et solide, il met particulièrement en valeur sa compagne.<P>La première partie s'achèvait sur le Corsaire interprété par les étoiles du Kirov Elvira Tarasova et Andrei Batalov. Ceux-ci sont des danseurs russes typiques qui privilégient la virtuosité extrême à la beauté du geste. Lui multiplie les sauts compliqués, hauts et à la réception pas toujours assurée, elle, tourne, lève la jambe en six'o clock mais rate ses fouettés en tombant de sa pointe. Bref au Kirov rien de bien neuf, malgré la révolution annoncée.<P>La deuxième partie recommençait avec un long solo intitulé "And catch fish with my hand" interprété par Katherine Crockett, magnifique interprète d'une scène qui doit sans doute évoquer la folie d'Ophélie (Hamlet). Mais pourquoi diable ne pas avoir interpréter une oeuvre de Martha Graham qui aurait certainement eu plus de force, et d'impact sur le public. La encore, des sifflets ont retenti à l'égard de l'artiste, mettant son ennui sur son compte et non sur celui de la chorégraphie. <P>Nous retrouvions ensuite les deux étoiles de l'ABT, Irina Dvorovenko et Maxim Belotserkovksy, dans Farewell de Maria Chimengilly, pas de deux sans surprise et déjà vu avec succession de portés plus ou moins audacieux, sur une musique de Mozart. Si lui est toujours relativement discret, Irina Dvorovenko tombe dans un pathos absolu au niveau de ses mimiques de désespoir.<P>De nouveau, nous repartions dans les rues de Buenos Aires pour un nouveau tango sur la célèbre Cumparsita où l'on retrouvait la flamboyante Pilar Alvarez aux côtés de Claudio Hoffmann.<P>La création de Lost and Found de Nicolas Musin marquait les retrouvailles avec Fernanda Diniz, cette fois-ci accompagné de Bruno Cezario. Un couple semble se disputer pour une espèce de radio que chacun se vole à tour de rôle. Lui est vétû d'une jupette comme elle. Mais la chorégraphie de Nicolas Musin est creuse malgré les interprètes qui essaient de la sauver, là encore le charme de Fernanda Diniz opère et on se demande ce que Bruno Cezario ferait dans un autre répertoire.<P><BR> Image <BR><font size=1>Lucia Lacarra</font><P>Enfin un nouveau moment de pur bonheur avec l'Adagio for Strings de GM Bohbot, ce pas de deux mettait en valeur le lyrisme de Lucia Laccara ainsi que ses longues arabesques, hautes, parfaites. Le pas de deux est fusionnel et on sent toute la tendresse et l'amour des deux partenaires. Elle est L'Etoile et le public ne s'y trompe pas et lui réserve un triomphe. Dommage seulement que Cyril Pierre ait été réduit toute la soirée au rôle de porteur.<P>Difficile après le triomphe public du couple du SFB de cloture la soirée. Toutefois le jeune couple formé par Maria Eichwald et Allen Bottaini danse avec brio et panache le pas de deux de Don Quichotte. Entre les portés à la russe avec danseuse en six'o clock, les tours attitudes planés et les arabesques longuement tenues pour elle, et les sauts acrobatiques pour lui. Allen Bottaini interprète un Basile conventionnel à la technique accomplie. A ses côtés, Maria Eichwald incarna Kitri avec espieglerie et charme. Elle est la découverte de la soirée. Inconnue du public parisien, elle a montré une véritable personnalité, dramatique dans la dame aux camélias, et "piquante" dans Don Quichotte. Une danseuse à suivre...<P>La soirée se finissait sur une espèce de parade intitulée Défilé "chorégraphié" par l'organisatrice de la soirée elle-même. <BR>Sur la musique de la coda de Diane et Actéon de Pugni, chaque participant rivalise de technique dans un exercice acrobatique, ou spectaculaire, avec pirouettes sans fin pour Batalov, fouettés attitudes pour Lacarra, grands jetés enchainés pour Maria Eichwald, manège pour Alen Bottaini, fouettés pour Irina Dvorovenko, etc. <P>Malgré quelques moments de pur bonheur du à l'alchimie du couple Lucia Lacarra, Cyril Pierre ou à la jeunesse du couple Maria Eichwald, Allen Bottaini, les étoiles du XXI siècle semblent bien ternes, et si ce sont tous de bons danseurs, en aucun cas ce ne sont LES danseurs du XXI siècle.<P><BR><font size =1>A noter une bonne initiative, le surtitreur permet d'afficher au fur et à mesure du spectacle, le titre des oeuvres, des interprètes et des chorégraphes.<BR>Les étoiles se produiront encore le 23 septembre à partir de 17 h et le 24 septembre à partir de 20h00</font><BR><p>[This message has been edited by Cathy (edited September 23, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Mon Sep 24, 2001 4:25 am 
Offline

Joined: Thu May 31, 2001 11:01 pm
Posts: 133
Location: Paris
Je suis allée hier à la matinée et je suis tout à fait d'accord avec Catherine. Il y a eu de l'ennui mais lorsqu'entre deux on a une sublimissime Lacarra et une boulversante Eichwald , on ne regrette pas une seconde d'avoir fait le déplacement.<BR> Je ne vais pas répéter Catherine , mais quelques impressions :<BR>- Le Corsaire a été un moment détestable de cirque comme je pensais naïvement qu'il n'en existait plus. Il n'y a eu aucun raté technique mais cette façon sans âme et racoleuse de danser m'horripile au plus au point. Le comique , c'est que la "mise en scène" étant également de cirque ( saluts après les fouettés par exemple ) , le public non connaisseur a cru à la fin que le cirque n'était pas fini et a légèrement aplaudi la pose finale et le rideau s'est baissé ! 10s d'applaudissemnts finaux après un pas de deux , je crois qu'ils tiennent un record !<BR>- Pourquoi diable Diniz se montre-t'elle uniquement dans des mauvaises oueuvres contemporaines qui ne mettent pas en valeur ses qualités qui semblent gâchées par ce répertoire ?<BR>- J'ai adoré le premier pd2 de Lacarra ( le 2ème était un peu plus gnan gnan ): un climat de tension , de mystère et ce corps si beau , si souple ! Et le petit air rieur moqueur de Lacarra qui avait l'air de s'amuser comme une folle. A un moment , elle fait une arabesque penchée à 180° , normal , et ensuite, elle continue l'angle jusqu'à la limite de l'incroyable : le public a été parcouru d'un grand frisson. Vraiment pour moi Lacarra est LA danseuse du moment, je ne lui trouve aucun défaut , et puis elle a l'air si modeste, si gentille ( pas comme d'autres "divas" de la danse.<BR>- Détails express : la bande son souvent mauvaise , les fouettés pris vraiment rapidement par toutes , les costumes pas vraiment réussis parfois ( Corsaire, cygne noir et surtout le tutu "rideau" dans Don Quichotte ), le "final" vraiment "cirque" ( encore une fois ) mais qui a permis de voir les talents de danseur de Pierre et pas seulement ses talents d'excellents porteur.<P>Finalement, une soirée un peu hétéroclite , mais avec un peu d'idée on auraitpu faire une présentation intelligente qui fasse des transitions ( et pas les lettres electroniques qui servent d'habitude au surtitrage ); il ne fallait pas compter sur la feuillede chou-programme qui ne parlait pas des oeuvres, seulement des danseurs ( 40F malgré tout ).<BR>Enfin mon bilan est : la confirmation de la géniale Lacarra et la découverte de la touchante Eichwald.


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Mon Sep 24, 2001 4:53 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Le cas de Fernanda Diniz est à mon avis un cas à part.<P>A-t'elle voulu rompre avec sa tradition de technicienne émérite en présentant des oeuvres de Nicolas Musin, ou bien y-a t'il un problème de répertoire ou de partenaires au Ballet de Rio.<P>

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Tue Sep 25, 2001 2:51 am 
Offline

Joined: Thu May 31, 2001 11:01 pm
Posts: 133
Location: Paris
J'ai une question au sujet de la variation du Corsaire femme, encore elle. Tasarova n'a pas dansé celle de d'habitude( qu'on voit aussi dans Don Quichotte , acte 2 ) mais une autre sur une musique au tempo beaucoup plus vif mais comprennant néanmoins les fouettés à l'italienne. De quoi s'agit-il ?


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Tue Sep 25, 2001 3:29 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
La version qu'Elvira Tarasova a dansé est celle de la version longue du ballet remonté au Kirov, toutefois, je me demande si les fouettés attitudes figurent dans la vidéo avec Altinay Assylmouratova.<P>De toute façon, je connais au moins quatre variations féminines différentes pour ce pas de deux à savoir la variation dite rapide, qui est celle dansée à l'Opéra de Paris, la variation lente, qui est celle de la Reine des Dryades de Don Quichotte, celle de Gamzatti qui est souvent utilisée, et celle-ci qui figure dans la version complète du ballet. Laquelle est l'originale ? jamais je n'ai réussi à avoir la réponse, si une âme charitable savait Image, ce serait génial Image.

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Wed Sep 26, 2001 12:12 am 
Offline

Joined: Sat Aug 04, 2001 11:01 pm
Posts: 142
Je crois que la version originale de la variation de ce pas de 2,qui est a l'origine un pas de 3 entre Conrad,Medora et l'esclave de Conrad,est la version"russe" que vous avez vue lors du gala,quant a savoir si la vraie de vraie version est celle avec des fouettes attitude ,ou celles avec des tours seconde alternes avec "posé piqué"ou pirouette en dedans,la,c'est une autre histoire!!


Top
 Profile E-mail  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Wed Sep 26, 2001 12:29 am 
Offline

Joined: Wed Apr 11, 2001 11:01 pm
Posts: 9645
Location: Paris, France
Merci Alexia de votre réponse mais reste une incertitude.<P>En effet, il est évident que dans la reconstitution du Kirov, le pas de deux s'est transformé en pas de trois avec cette fameuse variation qui était bien sans fouettés attitude est bien une variation "originale" et non remontée pour la circonstance.<P>En effet, cela semble bizarre quer ce pas de deux, si souvent représenté l'ait toujours été avec une variation qui n'est celle-là que depuis la version "intégrale" Kirov. Avant c'était souvent la version de Gamzatti qui était donnée par les danseuses russes, ou bien la variation dryade. Surtout que la variation masculine, l'adage et la coda sont systématiquement identiques.<P><p>[This message has been edited by Cathy (edited September 26, 2001).]

_________________
http://www.danser-en-france.com/forum


Top
 Profile  
 
 Post subject: Re: Les étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Elysées
PostPosted: Wed Sep 26, 2001 6:06 am 
Offline

Joined: Sat Aug 04, 2001 11:01 pm
Posts: 142
Vous avez raison Cathy,il reste encore quelque mysteres au sujet du solo feminin de ce pas "deux"(lorsqu'il est sorti du contexte du ballet lors d'un gala),ou de ce pas de"trois",c'est selon.<P>Mais,la variation de Gamzati est bien extraite de la Bayadere,la variation que l'on nomme communement "le corsaire lent" est en fait la reine des dryades de Don.Q,et cette petite variation courte que l'on appele "le corsaire rapide"et qui est vue de temps en temps au concours annuel du corps de ballet,et qui se danse generalement en robe est un mystere,une personne du monde du ballet de nationalite russe,m'a dit un jour que cette variation venue de nulle part,sur la musique de la variation du garçon dans le grand pas de Paquita!n'etait absolument pas dans la tradition russe et surtout pas dans "Le Corsaire"!!!<P>Bon,nous en sommes la de notre enquete,moi je dis que c'est une affaire a suivre!!


Top
 Profile E-mail  
 
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 16 posts ]  Go to page 1, 2  Next

All times are UTC - 7 hours [ DST ]


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 4 guests


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
The messages in this forum are posted by members of the general public and do not reflect the opinions or beliefs of CriticalDance or its staff.
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group