Par Catherine Schemm
main
forum
criticaldance
features
reviews
interviews
links
gallery
whoweare
search


Subscribe to the monthly for free!


Email this page to a friend:


Advertising Information

Opéra de Paris

'Giselle'

Une Giselle inoubliable !

Par Catherine Schemm

Représentation du 2 février 2004, Paris, Palais Garnier

Distribution : Aurélie Dupont (Giselle) – Nicolas Le Riche (Albrecht) – Delphine Moussin (Myrtha) – Karl Paquette (Hilarion) – Mélanie Hurel et Benjamin Pech (pas de deux des vendangeurs) – Laurence Laffon, Muriel Hallé (Deux wilis)

 

Après un long mois d'absence, et la tournée du Bolchoï, l'Opéra de Paris nous revenait ce soir dans le classique des Classiques à savoir Giselle. Cette version a été quelque peu remaniée par Patrice Bart, notamment avec l'instauration d'une danse au sein du pas de deux des vendangeurs pour les petites amies de Giselle. Cette série nous permettait de découvrir pour ses débuts parisiens dans le rôle d'Aurélie Dupont aux côtés de Nicolas Le Riche.

Pour sa première Giselle parisienne, Aurélie a mis la barre très haut, et se place d'emblée parmi les grandes titulaires du rôle. Sa paysanne est jeune, fraîche, insouciante, elle aime ce paysan et ne pense qu'à l'aimer et à danser. Elle a pourtant peur de la prédiction de sa mère sur les Wilis. Techniquement, Aurélie nous offre une variation éclatante, équilibres, ralentis, accélérés, tours planés, aisance et musicalité, tout y est. Quant à la folie, Aurélie ne tombe pas dans l'excès de surjeu daté, mais nous offre une vision plus contemporaine, sans doute plus juste et plus émouvante aussi. Elle perd pied, se remémore tous les petits détails de son amour, tout en portant régulièrement la main à son cœur, mais elle ne se laisse pas aller aux sanglots et autre démonstration excessive.

Au second acte, sa Giselle est tout simplement époustouflante, Aurélie maîtrise tout ce qu'il faut pour rendre impalpable son esprit, arabesques longuement tenues, ou à la limite de la rupture d'équilibre, fluidité et torsion de son buste, justesse de ses ports de bras et de ses mouvements de tête, petite batterie précise, elle s'abandonne et si quelques réceptions sont parfois un peu bruyantes, c'est une femme amoureuse qui s'est transformée en esprit rempli de douleur. Elle fait avec maestria son entrée dans la cour des très grandes interprètes de Giselle.

A ses côtés Nicolas Le Riche nous offre le portrait traditionnel du jeune prince, plus insouciant que méchant au premier acte, plein de remords au second acte. Toutefois il est un peu éteint par rapport à sa partenaire éclatante au premier acte. Il est touchant au deuxième acte, et sa technique est quasi parfaite, notamment dans la belle série d'entrechats, mais sans doute devrait-il revoir son départ du tombeau, car la cape jetée comme un blouson sur son épaule n'est pas très princière.

Delphine Moussin est une Myrtha qui manque un peu trop de cruauté, elle n'est pas assez implacable et paraît du coup trop gracieuse. Toutefois son entrée est absolument magnifique, précision des menés sur pointes, elle semble totalement glisser dans la nuit, équilibres parfaits et superbes envolées. Karl Paquette est un Hilarion plus conventionnel qui veut se venger de Giselle, et manque un peu de présence.

Dans le pas de deux des paysans Mélanie Hurel et Benjamin Pech rivalisent de technique, d'élégance mais aussi de charme. Le couple fonctionne bien que ce soit au niveau taille ou au niveau style.

Laurence Laffon et Muriel Hallé campent de très belles wilis, notamment la première qui nous gratifie de superbes équilibres. Laurent Novis manque d'autorité et de superbe en Duc de Courlande, tout comme Natacha Quernet qui paraît quelque peu effacée dans le rôle de Bathilde.

Pour finir, le corps de ballet manque un peu de rigueur dans les traversées des wilis, si les ensembles sont parfaits par ailleurs. De plus les premiers changements interviennent et Sandrine Marache se blessant sur scène, seules six petites amies dansaient au lieu des huit annoncées !

Mais cela n'a guère d'importance, car ici Aurélie est la vedette incontestée et incontestable de la soirée et devient jour après jour une artiste de plus en plus sublime et émouvante !


Edited by Cathy

Please join the discussion in our forum.

 

about uswriters' guidelinesfaqprivacy policycopyright noticeadvertisingcontact us