main
forum
criticaldance
features
reviews
interviews
links
gallery
whoweare
search


Subscribe to the monthly for free!


Email this page to a friend:

Bolchoï à Paris – 'Le Clair Ruisseau'

Par Jacques Esmieu-Vassevière

Soirée du 23 janvier 2004 -- Palais Garnier, Paris

Kolkhoze fleuri ou vaudeville chez les soviets

Non pas que j'avais quelque appréhension, mais la lecture du programme m'avait quelque peu inquiété. cette oeuvre interdite par les sbires de Staline et reprise en 2003 avait de quoi surprendre. les dirigeants auraient-ils quelque nostalgie de cette époque révolue ?

Finalement j'ai été conquis. Ratmanski, en se basant sur le livret original nous offre une vision presque idéale du kolkhoze, teintée d'ironie dans la veine de Ninotchka de Lubitsch.
On rit beaucoup, et pas uniquement du comique de situation propre au vaudeville. C'est de l'auto-dérision du début à la fin, une réjouissante introspection du passé collectiviste. On comprend mieux ce qui a pu choquer les esprits chagrins de la Pravda : les chassés croisés amoureux des protagonistes ne pouvaient qu'être qualifiés de bourgeois et déviationnistes...

Mais ce qui est le plus jouissif pour nous autre public "blasé" c'est l'immense énergie et la joie communicative de tous les interprètes, du plus obscur figurant à la sublissime Maria Alexandrova, en passant par les solistes. Je suis ressorti de là avec "la banane" et dans le métro du retour je n'étais pas le seul !

Maria Alexandrova = splendide, tout en elle est fait de grâce et de virtuosité. tout semble simple et évident. pour moi, c'est la decouverte d'une immense artiste que le bop devrait inviter à danser le répertoire. elle ferait une magnifique Paquita ou Kitri.

Inna Petrova = bel abattage, mais elle semble peiner par moments face à la légèreté et la fluidité d'Alexandrova.
Liubov Filippova = inénarrable !!! Certes son personnage est traité de manière caricaturale, mais elle va bien au delà. elle en est presque touchante.

Ian Godovski = Si la première partie ne lui fournit pas de quoi briller, la seconde partie lui réserve son morceau de bravoure : la sylphide... Il maîtrise la technique des pointes (comme les Trock's) à la perfection et son jeu est tout en ruptures, clins d’œil et bouffonnerie.

T out le reste de la distribution est à l'avenant, avec une mention spéciale pour le tango dansé par Gennadi Yanin et Ksenia Pchelkina
.
en résumé : une soirée réjouissante, on en redemanderait presque.

 


Edited by Cathy

Please join the discussion in our forum.

 

about uswriters' guidelinesfaqprivacy policycopyright noticeadvertisingcontact us