main
forum
criticaldance
features
reviews
interviews
links
gallery
whoweare
search


Subscribe to the monthly for free!


Email this page to a friend:

Bolchoï à Paris

'Le Lac des cygnes'

Par Jean-Luc Donay

Palais Garnier – Représentation du 9 janvier 2004

Distribution : Galina Stépanienko (Odette/Odile), Andréï Ouvarov (Siegfried) et Dimitri Rykhlov (Le Mauvais Génie)

Galina Stépanienko nous propose une vision d'Odette beaucoup plus réservée que celle de Zakharova que j'ai vue avant-hier soir. Ceci n'en est pas moins intéressant, bien au contraire. Elle paraît tantôt très amoureuse du Prince, tantôt très curieuse de savoir qui il est, tantôt très effrayée dès qu'il s'approche d'elle surtout au début. Cette interprétation est assez stylisée car si cette alternance de sentiments se voit dans son regard, elle se voit aussi dans sa danse et dans ses mouvements de bras. Avec cette conception très marquée du rôle, on comprend parfaitement quels "arguments" le Prince doit apporter pour enfin arriver à l'approcher. Durant l'adage de l'acte blanc, elle s'abandonne enfin totalement en confiance. Bien sûr, c'est l'interprétation classique d'Odette, mais ici, j'ai trouvée que le jeu était très limpide. Sur le plan technique, elle n'a pas les levés de jambe ni le cou-de-pied de Zakharova, mais elle est quand même plus qu'honorable. Ses bras ne sont pas aussi lyriques que ceux de Zakharova et je serais tenté de dire qu'elle met beaucoup plus de choses dans la façon dont elle bouge les épaules et les mains (une conception technique plus proche de celle du Bolchoï) ce qui donne plus d'expressivité que de lyrisme. Sa coda fut très nette et rapide, tout en gardant des bras très souples. En Odile, elle fut beaucoup également moins arrogante que Zakharova, son Cygne Noir était beaucoup plus fourbe et moins caricatural. Sa variation d'Odile fut techniquement très solide, avec des fouettés enchaînés avec un grand rond de jambe où l'équilibre fut tenu jusqu'au bout avec un pied de fer! En revanche, il est dommage que pendant ses fouettés à la Coda, elle ait inséré (au début seulement) des tours à la seconde ralentis, ce qui techniquement est très difficile, mais n'apporte rien de supplémentaire cela casse un peu le rythme. C'est d'autant plus dommage qu'elle possède des fouettés rapides et brillants avec beaucoup d'aplomb. Son manège à la fin de la coda a démontré une technique époustouflante où elle va chercher son piqué en sautant littéralement, ce qui a quelque peu impressionné le public

Andréï Ouvarov fut bien meilleur que le soir de la première. Sa technique est toujours très propre (sauf un très léger vacillement à la fin de sa variation du Cygne Noir), ses sauts m'ont semblés aussi plus larges et plus hauts. J'ai noté également de très très beaux portés pendant le Cygne Blanc, sa partenaire complètement renversée avec sa jambe tendue parfaitement verticale. Sur le plan de l'interprétation, il m'a semblé plus engagé et plus concerné.

Dimitri Rykhlov m'a semblé également meilleur que Dimitri Belogolovstev sur le plan de l'interprétation; il est plus noir et plus théâtral dans son jeu, mais ses sauts étaient moins hauts. Comme quoi, même avec une technique un peu moins bonne, il m'a plus convaincu dans ce rôle.

Le reste de la distribution était quasi identique au soir de la première donc je n'y reviendrai que très brièvement : Ian Godovsky en Bouffon fut excellent : ses tours à la seconde lancés à une rapidité extrême sans que ni la jambe ni le pied de terre ne bougent d'un milimètre étaient magnifiques, Maria Allashfut encore trop raide. Maria Alexandrova fit à nouveau des merveilles en pas de trois et en Espagnole. Olga Souvorova m'a encore une fois beaucoup charmé avec cette délicatesse des bras et des mains, et ses mouvements d'épaules dans sa Danse Russe. Anastasia Yatsenko a campé une Italienne piquante et vive, avec des entrechats à faire pâlir nos quadrilles de l'Opéra !!! Ekaterina Shipulina en Mazurka fut un peu mieux que le soir de la première.

L'orchestre Colonne s'est enfin un peu réveillé! Certes, il n'y a pas beaucoup de relief encore dans son interprétation, mais il y a eu de sacrées améliorations sur le plan dynamique, surtout pendant la deuxième partie. Par contre, s'ils étaient plus ensemble ce soir, quelques fausses notes semblent avoir été introduites...

Cette production est vraiment vieillotte, sans aucune originalité avec des éclairages très fades, des costumes pas toujours bien trouvés (sauf ceux des Fiancées et de la Reine que je trouve plutôt réussis) et un manque de poésie certain... C'est vraiment dommage, car ce sont des détails qui concernent uniquement la forme.

Mais pour ce qui est du fond, à savoir la qualité des danseurs et de la compagnie, c'est quand même de très très haut niveau. Il y a une vie dans cette compagnie que je ne saurais expliquer avec des mots...

 

Please join the discussion in our forum.

 

about uswriters' guidelinesfaqprivacy policycopyright noticeadvertisingcontact us